Violences conjugales : il manque (toujours) des structures d’hébergement (fin)

0
blank

Il existe un centre d’hébergement pour les femmes victime de violences, Le Manteau, mais il est saturé.

L’association de solidarité propose un hébergement de jour et de nuit pour les femmes battues et les enfants. Il accueille les femmes qui ne peuvent pas rester chez elles, le temps qu’elles se reconstruisent et obtiennent un autre logement. Solution alternative, l’hébergement au Manteau peut devenir une solution durable. «Tant que les femmes ne peuvent pas se loger, elles restent au Manteau», explique Audrey Gil, la directrice de l’association. Et si elles ne peuvent pas se loger, c’est parce qu’elles n’en ont pas les moyens financiers. Alors elles ne partent pas.

Les douze places du Manteau sont occupées en permanence. Or les besoins sont bien plus grands. Aujourd’hui l’association n’est pas en mesure d’accueillir de nouvelles victimes même si celles-ci se trouvent dans une situation d’extrême urgence.

Les autorités sont conscientes de la situation. Il y a plusieurs années, la préfecture avait soutenu financièrement un projet de construction d’un centre d’hébergement pour les femmes battues mais pour diverses raisons le projet n’a pas abouti. Quant à la collectivité, elle accorde son soutien au Manteau en mettant à disposition les locaux, locaux qu’elle aimerait récupérer dans le cadre d’un autre projet touristique.

«L’idéal serait d’ouvrir une pension de famille avec une capacité d’une vingtaine de places», confie Audrey Gil. Chaque victime aurait sa chambre et partagerait des lieux de vies en commun avec les autres.

Le sujet devait être abordé dans le cadre des Assises des politiques sociales et de l’insertion, mais n’a pas pu l’être.

(soualigapost.com)

blank

Aucun commentaires

Faxinfo décline toute responsabilité quant aux contenus publiés et n'a pas vocation à répondre.

English EN French FR Spanish ES Dutch NL Italian IT