Deux ans de prison ferme pour violences conjugales

0
blank

M.B était présenté en comparution immédiate ce mercredi 7 juillet dernier devant le tribunal de Saint-Martin.

Lorsqu’il rentre de soirée le 1er juillet dernier avec la voiture qu’A.M, sa compagne, avait pourtant refusé de lui prêter car il n’a pas le permis, M.B a faim. Mais quand il arrive dans la cuisine de la villa que loue A.M aux Jardins de la Baie orientale, il réalise qu’elle ne lui a pas préparé à manger. Pire, elle a jeté à la poubelle un bout de baguette vieux de quelques jours.

C’en est trop pour M.B, 37 ans et adepte de boxe thaï, qui sort passer ses nerfs sur les meubles du jardin tandis qu’A.M est devant la télé. Et puis tout s’enchaîne. Les objets ne suffisent plus. Il soulève violemment le canapé sur lequel est assise A.M ce qui la fait tomber par terre et se cogner la tête contre le sol. Il tente de l’étrangler, la pousse et la frappe contre les murs, puis se saisit d’un couteau de cuisine, lacère les murs et lui met sous la gorge tout en la menaçant : « je vais te tuer, tu ne partiras pas sans moi, c’est à la vie à la mort ».

Leur colocataire intervient, saisit le couteau et appelle les gendarmes. La fille d’A.M, âgée de 8 ans, réveillée par les hurlements de sa mère et de son compagnon, descend pour aller aux toilettes. M.B lui ordonne de remonter « pisser dans sa chambre » et lui jette un sandwich au visage. « Regarde je vais tuer ta mère et après toi » lui lance M.B. Le colocataire, J.L, conduit alors l’enfant chez des voisins.

Les gendarmes ont du mal à trouver la maison et mettent 45 minutes à arriver durant lesquelles J.L fait des aller-retours à l’extérieur pour leur indiquer le chemin. M.B profite de ses absences pour continuer à violenter sa compagne. A l’arrivée des gendarmes, A.M présente de multiples hématomes sur le corps et des marques de strangulation. M.B est placé en garde à vue puis en détention provisoire.

Il était déféré mercredi 7 juillet et présenté en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Saint-Martin pour violences aggravées (avec arme et sur conjoint) en récidive, menaces de mort en récidive, et dégradation de biens. Après en avoir délibéré, le tribunal l’a déclaré déclare coupable des faits reprochés et condamné à deux ans de prison ferme avec mandat de dépôt et interdiction de porter une arme. Il a également reçu la constitution en partie civile de la victime. L’audience civile est renvoyée à janvier.

Plus de détails sur www.soualigapost.com

blank

Aucun commentaires

Faxinfo décline toute responsabilité quant aux contenus publiés et n'a pas vocation à répondre.

English EN French FR Spanish ES Dutch NL Italian IT