SANTÉ : Les bienfaits du manger local et de l’autosuffisance

0

La salle Opale de la CCISM était comble lors de la conférence sur le régime caribéen et les énergies renouvelables, données respectivement par le Docteur Henry Joseph et Gérald Bougrer.

Grâce à Sandrine Jaboulet-Delahaye qui a convié les deux protagonistes, le public fut sensibilisé à l’importance de consommer local pour leur propre santé mais aussi pour l’économie saint-martinoise. Pharmacien et Docteur en Pharmacognosie engagé dans la promotion du « consommer local » et co-fondateur du laboratoire Phytobôkaz, qui propose des produits dont les actifs sont puisés dans la flore ultramarine, le Dr Henry Joseph a dressé un constat préoccupant lors de son introduction « nous sommes en train de fabriquer la 1ère génération qui risque de vivre moins longtemps que ses parents ». Avec 220 espèces végétales comestibles et locales dont 130 fruits, 60 légumes, 20 tubercules et une dizaine de noix et de graines, notre biodiversité peut couvrir l’ensemble de nos besoins nutritionnels et alimentaires. Pour le professionnel de santé, « il s’agit, aujourd’hui à Saint-Martin, de faire de la santé un projet de vie, au lieu de faire de la maladie un cauchemar » : privilégier les produits locaux et frais, planter et manger des pois (pwa) à haute teneur en protéines, manger du poisson 3 à 4 fois par semaine qui bénéficie d’apports plus riches en graisse insaturées, choisir des aliments à l’index glycémique bas contrairement à la malbouffe responsable du diabète, de l’obésité et de maladies cardiovasculaires, 1ère cause de mortalité aux Antilles.

Le régime caribéen préserve les générations futures qui vivront plus longtemps et en bonne santé.  Gérald Bougrer, promoteur-inventeur du projet Une Guadeloupe d’avance Géothermie de 4ème génération hydraulique, a quant à lui abordé les besoins de la production agricole intra-muros, tout en mettant l’accent sur l’hydrogène vert. Produit par électrolyse de l’eau, ce procédé d’énergie renouvelable consiste à faire passer un courant électrique dans l’eau pour décomposer ses molécules (H2O) et en extraire l’hydrogène. Pour lui, exploiter, produire, consommer, vendre et exporter nos ressources naturelles à l’international est la solution. _Vx

 4,596 vues totales,  5 vues aujourd'hui

Source :

Faxinfo : https://www.faxinfo.fr/

About author

No comments

%d blogueurs aiment cette page :