JUSTICE : Au lieu de frapper son ex-femme avec un marteau, il tape la porte

0
blank

Un jour de juillet 2020 en début d’après-midi, SM entreprend de réparer l’une des portes de la maison. Puis la situation dégénère avec son ex femme, RS. SM donne des coups à la porte. Il menace de mort son ex femme qui appelle les gendarmes. SM est interpellé et accusé de dégradation de bien et menace de mort réitérée. Il était convoqué devant le tribunal de proximité de Saint-Martin le 2 septembre.

A la barre du tribunal, SM semble minimiser les faits et cherche à convaincre le juge que son ex épouse est responsable de la situation. Il explique que le jour des faits «il est allé chez lui. Il y a 2 côtés, j’étais du mien. La porte était pourrie donc je l’ai réparée».

«Vous aviez un marteau dans les mains…», lui fait remarquer le tribunal. «Oui, je réparais la porte», répond-t-il en attestant qu’il était énervé. «Mais je n’allais quand même pas la frapper avec un marteau ! Alors au lieu de la frapper elle, j’ai frappé la porte», raconte-t-il.

Il déclare qu’il est pasteur et qu’à ce titre, il ne peut pas faire de mal à autrui. «Ce n’est pas parce que Monsieur se considère comme quelqu’un de bien, qu’il n’a rien fait», commente le substitut du procureur qui va requérir une peine de quatre mois de prison avec sursis et 600 euros d’amende.

Après en avoir délibéré, le tribunal a condamné SM a une peine de quatre mois de prison avec sursis et 400 euros d’amende. Il a aussi reçu la constitution de partie civile de la victime. SM doit lui verser 379 euros au titre du préjudice matériel, 800 euros au titre du préjudice moral et 1 000 euros au titre de l’article 475-1 du code de procédure pénale. (soualigapost.com)

blank

Aucun commentaires

Faxinfo décline toute responsabilité quant aux contenus publiés et n'a pas vocation à répondre.

English EN French FR Spanish ES Dutch NL Italian IT