FAIT DIVERS : Gendarme blessé lors d’une course-poursuite

0

Comme annoncé dans notre édition d’hier, un officier des forces de l’ordre de Saint-Martin a été blessé lors d’un contrôle routier jeudi dernier. Voici les circonstances de cet accident communiquées par le Lieutenant-Colonel Wintzer.

Le jeudi 16 mars vers 3h du matin, une patrouille de gendarmerie est sur la route de la Savane quand elle aperçoit un véhicule au comportement étrange. Correspondant au type de voitures volées fréquemment sur Saint-Martin, les gendarmes décident de procéder au contrôle du véhicule. Dès lors qu’ils actionnent leur gyrophare, le véhicule fait demi-tour et roule à très vive allure en direction de Grand-Case. Le conducteur éteint alors ses phares dans Grand-Case pour échapper à la patrouille, qui, bien que roulant à plus de 100km/h, parvient difficilement à rattraper la voiture des fuyards qui n’hésite pas à faire des embardées pour empêcher les gendarmes de les doubler. À plusieurs reprises, des véhicules tiers sont croisés et les accidents sont évités de peu, le véhicule suspect roulant toujours tous feux éteins à plus de 140km/h. Une seconde patrouille part renforcer la première patrouille qui découvre que le véhicule vient de faire une sortie de route sur les hauts de la Baie Orientale après un périple de 6km. Les gendarmes sortent alors de leur véhicule et font immédiatement les sommations en demandant au conducteur de couper le contact. Alors qu’un gendarme est en appui sur l’avant du véhicule, le chauffard récalcitrant décide de redémarrer. L’agent n’a pas le temps de se retirer complètement, est percuté et s’effondre au niveau du pare-chocs entraînant une riposte de la part de son collègue qui fait usage à deux reprises de son arme à feu. Au même moment, la deuxième patrouille arrive sur les lieux et se fait percuter sur le flanc droit du véhicule. Elle continue de suivre la voiture des fuyards, qui poursuit sa route à travers Quartier Orléans malgré l’explosion d’un de ses pneus et les multiples embardées faites par le véhicule. Conformément aux accords de coopération policière, les gendarmes français maintiennent le suivi du véhicule en partie hollandaise jusqu’à ce que ce dernier fasse une autre sortie de route. Les deux occupants du véhicule en fuite, n’ayant pas de ceintures attachées et devant la violence du choc, sont immédiatement pris en charge par les agents qui leur prodiguent les premiers gestes de secours jusqu’à l’arrivée de la KPSM. Les deux victimes présentent de nombreuses contusions, une d’entre elles souffre d’une blessure sérieuse à un membre inférieur mais rien d’incompatible avec les gardes à vues. La conductrice du véhicule est passée en comparution immédiate le vendredi 17 mars pour le refus d’obtempérer et les violences sur un militaire de la gendarmerie. Son audience a été reportée au 21 avril sur les demandes de la défense et l’intéressée est placée sous contrôle judiciaire d’ici là. Le militaire blessé est sorti de l’hôpital avec 4 jours d’Incapacité Totale de Travail (ITT). Selon les autorités, le véhicule suspect n’était pas volé. La gendarmerie rappelle que toute personne est tenue de se conformer aux ordres de ses agents qui agissent dans le strict respect du cadre légal et sous le contrôle du Procureur de la République. _Vx

Loading

About author

No comments