URBANISME : Edouard Philippe : « Nous ne pouvons pas envisager la reconstruction à l’identique»

2
26-09-17-edouard-philippe

Lors d’une conférence de presse mercredi dernier, le Premier ministre a évoqué la reconstruction de l’île. «25 % des habitations ont des dégradations assez légères, 50 % ont des dégâts beaucoup plus lourds mais qui sont jugés réparables et 25 % des constructions ont été touchées de façon irrémédiable et ne pourront pas être réparées», a détaillé Edouard Philippe.

Le gouvernement veut engager des «discussions rapides et intenses» avec les élus de la COM qui a la compétence en matière d’urbanisme «afin que la conformité des documents d’urbanisme avec le plan de prévention des risques naturels élaborés par l’État soit garantie et assurée». «Chacun doit prendre ses responsabilités», considère-t-il. «Nous ne pouvons pas envisager la reconstruction à l’identique de l’île de Saint-Martin sans prendre en compte les éléments connus et les risques avérés auxquels l’île devra faire face les années à venir», martèle le Premier ministre.

Le délégué interministériel en charge de la reconstruction devra organiser «ces discussions » et proposer dans les semaines qui viennent des «solutions administratives fermes pour que la reconstruction des infrastructures et des bâtiments publics soit en accord avec les principes» évoqués par le Premier ministre.

Plus de détails : www.soualigapost.com

  

2 comments

  1. Larissa 28 septembre, 2017 at 16:17 Répondre

    Le Premier Ministre a raison quand il dit “chacun doit prendre ses responsabilités” quand il a parlé de la reconstruction de Saint-Martin.
    Il faut donc qu’on reconstruise plus intelligemment et que l’Etat prenne sa responsabilité aussi.
    Cela fait des années que je vois les collines de Concordia se transformer en chaînes de bétons.
    Vu que nous parlons de responsabilités, je ne peux que me demander quand est-ce l’Etat prendra les siennes ?
    SEMSAMAR (entreprise mixte) construit des bâtiments sociaux comme des petits champignons mais est-ce qu’ils prennent en compte que nous vivons sur une île sans “eau potable” naturelle ?
    L’ eau potable distribuée aux foyers est traitée dans une usine de désalinisation (certains foyers possèdent une citerne ou un puit et n’utilisent pas forcément l’eau du robinet).
    Pourquoi dans l’ère que nous vivons actuellement (tout est bio, tout est naturel) mais les architectes ne construisent pas des bâtiments publics permettant de récupérer l’eau de pluie pour la stocker dans des citernes.
    La population aura donc accès à un réservoir d’eau qui coûtera moins cher et pourra même créer de nouveaux emplois (ingénieurs, agents d’entretien,…).
    En cas de catastrophe naturelle, les locataires auront une réserve d’eau qui permettra de les dépanner pendant une certaine durée.
    Ils pourront aussi responsabiliser les locataires en faisant des tâches d’entretiens. Je suis certaine qu’ils pourront trouver beaucoup de solutions pour avancer les choses.
    Enfin Irma a révélé plusieurs choses qui fonctionnaient mal sur notre belle île, nous devons apprendre de nos erreurs et continuer à vivre.
    Oui, pour la reconstruction et oui pour une reconstruction moderne et plus écologique.
    Larissa

  2. chamane 2 octobre, 2017 at 14:43 Répondre

    franchement, je préfère que ce soient les collines qui deviennent lignes de béton ( armé si possible…)
    car on a construit surtout des clapiers à métropolitains qu’ on aurait pù nommer ” lekudanlo”, et ceux qui ont eu des dommages irrémédiables se sentent bien heureux de pouvoir se dégager d’ une ile où la spéculation a été telle ( surtout à coup de défiscalisations successives) que de l’ aveu même des cabinets en investissement ” la revente est problématique”
    maintenant, je crains que aprés le nettoyage des ordures, ce soit le nettoyage social qui soit à l’ ordre du jour
    quant aux sinistrés, je leur souhaite le courage car, une fois les indemnités versées, la nature humaine saura faire son oeuvre…
    et quelle que soit la volonté de monsieur Philippe, je doute qu’ on abatte un jour une ligne de résidences ou d’ hotels à raz la plage; on se contentera de faire déménager les pauvres bougres de sandy Ground, pas pour les risques, mais pour les éloigner de Marigot et Concordia….

Post a new comment