Coronavirus : Saint-Barth passe la vitesse supérieure et débloque 2 millions d’euros pour tester toute sa population en vue d’obtenir la levée du confinement

0
blank

La collectivité de Saint-Barthélemy s’est réunie le samedi 4 avril, pour envisager les suites de cette épidémie de coronavirus. La collectivité va tester toute la population. L’objectif à terme : la sortie de confinement de la population à plus ou moins brève échéance. 

 

La collectivité de Saint-Barthélemy pense déjà à l’après-crise coronavirus. Le conseil territorial s’est réuni le samedi 4 avril, pour aborder ce sujet, mais également débloquer 2 millions d’euros afin de faire dépister toute la population.

Première île française touchée par le Covid-19 

 

L’île sœur de Saint-Barth a été la première à être touchée dans notre bassin. La réaction politique a été rapide : les frontières ont été fermées et le confinement décrété.
A ce jour, selon le dernier point des autorités sanitaires, Gustavia compte 6 personnes contaminées depuis le début de l’épidémie, 4 sont guéries et il en reste encore deux confinées. De bons chiffres qui laissent envisager une sortie de crise pour cette collectivité.
Dépistage de près de 10 000 habitants

Mais attention, il ne faut pas faire n’importe quoi. La collectivité va tester toute la population. L’objectif à terme : la sortie de confinement de la population à plus ou moins brève échéance.
Le conseil territorial a voté 2 millions d’euros pour acheter des tests afin de mettre en place un dépistage total de la population, soit un peu plus de 9 000 habitants. L’objectif c’est d’éviter la propagation dans le cas d’un déconfinement précoce sur l’île.
Bruno Magras, le président de la collectivité territoriale souhaite obtenir du gouvernement, cette levée du confinement.

Sortir du confinement tout en se protégeant

Sur Radio Saint-Barth, Valérie Denux, la directrice de l’ARS, a évalué la situation. Si l’évolution va dans le bon sens, une sortie de confinement pourrait intervenir. Mais pas n’importe comment, explique Bruno Magras avant de rappeler fermement que, « quels que soient les avancées, échecs ou réussites de ce projet de dépistage élargi, le strict respect des gestes barrières -et le port du masque quand il est possible- demeurent et demeureront la meilleure attitude pour stopper la diffusion du virus. Toutes les consignes de confinement et de distance sociale doivent continuer à être rigoureusement suivies. L’approche de Pâques n’autorise aucun relâchement », conclut-il.

blank

Aucun commentaires

Faxinfo décline toute responsabilité quant aux contenus publiés et n'a pas vocation à répondre.