Coronavirus : 70 militaires du 33e RIMa arrivent en renfort à Saint-Martin

0
blank

L’un des objectifs de leur mission sera de déployer un poste médical avancé en cas de besoin.

«Il ne s’agit pas d’inquiéter mais d’anticiper pour mieux faire face au cas où», déclare la préfète, Sylvie Feucher au sujet du déploiement à partir de demain d’une unité militaire de 70 hommes et dix véhicules en partie française. Si aujourd’hui la situation sanitaire est stable côté français, «on ne sait pas comment elle va évoluer », commente Sylvie Feucher en se référant à la partie hollandaise. La préfète veut ainsi rester très prudente et surtout anticiper la gestion d’une explosion de cas. «La capacité de l’hôpital est faible, on le sait. Je ne veux donc pas à avoir à agir au dernier moment», confie-t-elle. C’est pourquoi elle a demandé à l’armée de venir en soutien à Saint-Martin et Saint-Barthélemy à titre «préventif».

«Nous allons déployer le 33e régiment d’infanterie marine», annonce le contre-amiral Jean Hausermann. «Le 33e RIMa est basé en Martinique et avait été placé en confinement à Fort de France pour être prêt à partir. Il sera déposé à Saint-Martin, au port de Galisbay, par le Dumont d’Urville selon deux rotations ; la première le dimanche 12 avril, la deuxième le mercredi 15 avril», explique celui qui commande les forces armées des Antilles-Guyane.

«Cette mission a trois objectifs : porter assistance à la population, monter un poste médical avancé et créer une zone détachée pour permettre les évacuations sanitaires», précise Sylvie Feucher.

Poste médical avancé

Le poste médical avancé sera positionné à proximité du centre hospitalier (CH) Louis-Constant Fleming et permettra l’accueil des patients en réanimation si le CH est engorgé. A ce jour, il n’est pas prévu de le monter. Pour autant, l’armée et les responsables de l’hôpital sont en train de voir comment l’installer pour optimiser la situation. L’objectif est d’être capable d’y avoir recours immédiatement en cas de besoin, insiste la préfète. A ce jour, deux patients sont en réanimation au CH de Marigot.

Evasan

L’armée et les responsables de l’hôpital sont également en train de mettre en place les protocoles et les modalités pour effectuer les évacuations sanitaires de patients saint-martinois vers la Guadeloupe. Elles seront assurées en hélicoptère de jour comme de nuit ; aujourd’hui elles ne peuvent se faire que de jour au départ de Grand Case.

Enfin, les militaires du 33E RIMa de Fort de France qui sont déjà intervenus à Saint-Martin après Irma, n’auront pas pour mission de faire respecter le confinement. La durée de leur mission n’est pas fixée. «Ils resteront autant qu’il y a besoin», a annoncé le contre-amiral Jean Hausermann.

blank

Aucun commentaires

Faxinfo décline toute responsabilité quant aux contenus publiés et n'a pas vocation à répondre.

English EN French FR Spanish ES Dutch NL Italian IT