Environnement : L’usine de production d’eau à Galisbay va être réhabilitée

0

L’établissement des eaux et de l’assainissement de Saint-Martin (EEASM) souhaite lancer des travaux de remise à niveau et d’optimisation de l’usine de production d’eau potable dont les installations de traitement ont été mises en place en 2006.

Située à Galisbay, elle était gérée jusqu’à fin 2018 par l’Ucdem, entreprise avec laquelle l’EEASM avait signé une délégation de service public (DSP) pour assurer la production de l’eau, laquelle était ensuite achetée et distribuée par la Générale des eaux (GDE).

Fin 2018, l’EEASM a mis fin par anticipation à la DSP avec l’Ucdem en même que temps que GDE mettait fin, aussi par anticipation, à son contrat avec l’EEASM. Depuis, les deux activités – production et distribution – sont gérées par une seule entreprise, Saur. Par contre les installations appartiennent à la COM/EEASM.

Les travaux envisagés visent notamment à sécuriser techniquement les installations, à les optimiser et à augmenter la capacité de production qui est aujourd’hui de 9 000 mètres cubes par jour, soit environ 900 m3/h d’eau brute.

Pour rappel, l’eau potable est produite à partir de l’eau de mer qui est dessalée grâce à la technologie membranaire d’osmose inverse. L’eau est pompée directement dans la mer via un puits puis est filtrée selon différents processus avant d’être reminéralisée. Elle est ensuite envoyée vers deux réservoirs de 5 000 m3 chacun, puis vers les différents réseaux de distribution et les 15 000 abonnés.

Les principales étapes de la production à Saint-Martin :

• Prise d’eau de mer

• Poste d’acidification

• Pompage basse pression

• Filtration primaire

• Filtration secondaire

• Surpression

• Traitement par osmose    inverse

• Premier stockage

• Reminéralisation

• Désinfection à l’ultra-violet

• Injection d’eau de javel

No comments

Sargasse : une accalmie de courte durée

Les sargasses sont de retour.  De nouveaux échouages sur les zones sensibles du territoire ont été constatés, d’après l’agence de santé (ARS). Les secteurs prioritaires ...