Expulsions locatives : vers une meilleure prévention 

0

Un comité territorial de coordination des actions de prévention des expulsions locatives vient d’être créé à Saint-Martin. Pour le pôle de solidarités et familles, il s’agit désormais de tout mettre en œuvre pour limiter les expulsions sur le territoire.

«Depuis le 1er avril 2012, la Collectivité est compétente en matière de logement. La commission des affaires sociales a jugé utile de créer ce comité qui vient en amont des expulsions (…) il est très difficile de reloger ces personnes», précise Ramona Connor, la vice-présidente du pôle solidarités et familles. Les élus du dernier Conseil territorial ont adopté à l’unanimité la mise en place de ce comité (CTCAPEX Saint-Martin).

Des actions ciblées à Saint-Martin

Ce comité a plusieurs objectifs parmi lesquels l’examen des situations des ménages en impayé de loyer bénéficiant ou non d’aides pour le logement.  Ce dispositif permettra également de favoriser le traitement de la situation du locataire en difficulté, à tous les stades de la procédure, et d’émettre une décision sur les solutions les mieux adaptées pour éviter la perte du logement. Ce comité sera composé notamment de la préfète Anne Laubies ou de son représentant et de la présidente de la Collectivité Aline Hanson ou de son suppléant.

L’Ile-de-France la plus touchée

En France, les personnes menacées d’expulsion bénéficieront d’un sursis grâce à la trêve hivernale, qui s’achèvera le 30 mars prochain. Juste avant cette «pause», les expulsions augmentent, dénoncent plusieurs associations. La plateforme téléphonique nationale de prévention des expulsions de la Fondation Abbé Pierre, qui existe depuis 2009, dresse chaque année un bilan. C’est l’Ile-de-France qui reste la région la plus touchée par les expulsions : «Elle représente à elle seule plus de 24% des décisions de justice pour un peu plus de 18% de la population. Le nombre d’appels  à la  plateforme  provient  essentiellement  de ce territoire,  même  s’il  diminue  depuis plusieurs années : 53%  en  2015  contre  58%  l’année dernière», révèle la fondation.

No comments