Coronavirus : Un couvre-feu instauré dans trois communes en Guadeloupe

0

A la demande des maires de Sainte-Anne, Les Abymes et Pointe-à-Pitre, le préfet de Guadeloupe vient de prendre un arrêté interdisant tout déplacement de 20 heures à 5 heures du matin, depuis mardi soir et ce, jusqu’au 31 mars, sur le territoire de ces trois communes. Sauf exceptions.

 

La ville de Nice a été l’une des premières à instaurer un couvre-feu, en plus du confinement, pour lutter contre l’épidémie de coronavirus. Depuis, plus d’une centaine de villes de l’Hexagone en appliquent un.

En Guadeloupe, le maire des Abymes, Eric Jalton, a dégainé le premier. Il a été rejoint par ses homologues de Pointe-à-Pitre et Sainte-Anne. A leur demande, le préfet de Guadeloupe vient de prendre un arrêté interdisant tout déplacement de 20 heures à 5 heures du matin, à compter du mardi 24 mars, 20 heures jusqu’au 31 mars à 5 heures, sur le territoire de ces trois communes. En dehors des seules exceptions suivantes :
• Les trajets entre le domicile et le ou les lieux d’exercice de l’activité professionnelle et déplacements professionnels qui ne peuvent pas être différés ;
• Les déplacements pour motifs de santé à l’exception des consultations et soins pouvant être assurés à distance et, sauf pour les patients atteints d’une affection de longue durée, de ceux qui peuvent être différés ;
• Les déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance des personnes vulnérables et pour la garde d’enfants ;
• Les déplacements résultant d’une convocation émanant d’une juridiction administrative ou de l’autorité judiciaire

Les forces de sécurité intérieure et les services d’urgence, les effectifs et véhicules du service départemental d’incendie et de secours, des professionnels de santé médicaux et paramédicaux dûment identifiés ainsi que les agents de la police municipale de Sainte-Anne, de Pointe-à-Pitre et des Abymes, et les véhicules d’intervention des organismes chargés du maintien des services publics indispensables, ne sont pas concernés par cet arrêté.

No comments