Le Dr Michel Petit humilié lors d’un contrôle frontière

0
blank

Le Docteur Michel Petit, médecin bien connu sur l’île qui a exercé sa profession pendant plus de 32 ans à St. Maarten a vécu une expérience embarrassante avec un agent de la PAF hier à la frontière de Bellevue en présence de la Préfète déléguée Sylvie Feucher.

Dans un article paru aujourd’hui sur le site SMN NEWS, Le Docteur Petit a relaté ses difficultés rencontrées à la frontière de Bellevue ce samedi 23 mai.

Selon le Dr Petit, il a obtenu sa dérogation “C-waiver” lorsqu’on lui a demandé un avis médical au plus fort de la pandémie COVID-19 à St. Maarten. Il a déclaré que depuis qu’il avait obtenu son C-waiver, il avait traversé la frontière plusieurs fois sans problème, même lorsque les autorités néerlandaises étaient à la frontière, sauf ce samedi 23 mai.

“Je me suis rendu à Cole bay mais je me suis rendu compte que les commerces étaient fermés ce samedi. J’ai alors fait demi-tour pour rentrer chez moi à Marigot. Sur le chemin du retour à la frontière de Bellevue, il y avait devant moi une vingtaine de véhicules avec plusieurs passagers et la Police aux Frontières qui laissait passer tout le monde sans aucun contrôle strict. Je pense qu’en 30 secondes chaque véhicule était autorisé à passer, mais lorsque ce fut mon tour, au même moment la Préfète déléguée Sylvie Feucher arriva sur les lieux.

A cet instant, la dame officier de la PAF voulant démontrer qu’elle faisait du bon travail a émis des doutes sur mon attestation de déplacement dérogatoire (dérogation C-waiver) que j’avais obtenue il y a plus d’un mois.

Elle m’a ensuite demandé mon passeport, puis elle a voulu savoir qui avait rédigé ma dérogation signée par le Premier ministre, tout cela pour montrer à la Préfète déléguée que la PAF faisait du bon travail, selon ce que j’ai ressenti.»

Le Dr Petit a rajouté que la gêne ne s’est pas arrêtée là, la Préfète s’étant rapprochée et voulant savoir comment il avait obtenu sa dérogation qui n’était pas l’originale. Le Dr Petit lui a répondu qu’il avait reçu la dérogation par e-mail et lui a demandé si elle aussi avait envoyé pendant le confinement des autorisations par voie électronique.

« Il n’y avait pas d’autre moyen de recevoir la dérogation que par ce biais» a expliqué le Dr Petit. Finalement elles ont pris son passeport et sa dérogation et ont disparu de sa vue quelques minutes pour faire des vérifications car la Préfète a dit qu’elle avait la liste de toutes les personnes qui avaient reçu des autorisations du côté néerlandais.

L’officier de la PAF lui a dit que certaines personnes commettaient des fraudes en établissant leurs propres dérogations et qu’elles les avaient signées elles-même. «Je dois maintenant me demander si je corresponds au profil de quelqu’un qui commet des faux en écritures» se demande le Dr Petit.

Vendredi, le Dr Petit a été invité par le Centre médical de St Maarten (SMMC) à récupérer un paquet du côté français contenant des blouses chirurgicales. Il a déclaré « qu’il a pu récupérer le matériel médical et le livrer au SMMC en moins de deux heures et qu’il avait utilisé le même document dérogatoire sans aucun problème, mais aujourd’hui, un officier de la PAF qui voulait impressionner la Préfète Feucher l’a soupçonné de fraude ».

« A mon avis tout ceci n’était pas nécessaire, je suis un citoyen français, un professionnel de la santé qui a travaillé et payé ses impôts du côté néerlandais, et mon véhicule porte une plaque d’immatriculation française. Je suis totalement embarrassé par la tournure des événements de samedi et j’espère que personne d’autre ne vivra la même expérience.

“J’ai un message pour la Préfète Feucher. Il est regrettable qu’elle se soit rendue à la frontière et qu’elle ait remis en question la dérogation C-waiver qui m’avait été accordée par le Premier ministre Silveria Jacobs tout en ne respectant pas les recommandations sur la distanciation sociale. L’officier de la PAF qui se trouvait à environ 50 centimètres de mon visage, n’avait ni gant ni masque et alors qu’elle manipule les documents de tous les conducteurs qui passent, elle ne s’est pas désinfectée les mains.

Elles m’ont rendu mon passeport et ma dérogation, après avoir confirmé que cette dernière était en règle, sans aucune précaution sanitaire. Je les ai désinfecté immédiatement avec le produit que j’avais dans mon véhicule parce que je ne veux pas être touché par le COVID-19.

En cas de résurgence du virus du côté français notre Préfète Mme Feucher, doit savoir qu’elle risque d’être causée aussi par des agents qui ne suivent pas les procédures. En tant que médecin je peux vous dire que les procédures de base sur la distanciation sociale ne sont pas suivies dans cet endroit sensible. En outre, je suis passé par la frontière plusieurs fois par semaine et je n’ai vu aucun véhicule faire demi-tour. A mon avis, lorsque vous n’êtes pas là, c’est passage libre pour tous car peut-être trop compliqué de renvoyer quelqu’un. Donc en tant que représentante de l’État Français, si voulez faire respecter le contrôle des frontières, vous devez soit être sur place en permanence soit ouvrir les frontières pour que tout le monde puisse passer et imposer les directives établies par les professionnels de la santé et les organisations telles que l’Organisation Mondiale de la Santé”.

D’après un article paru ce jour sur le site de SMN NEWSwww.smn-news.com

blank

blank

Article sponsorisé par:

blank

Aucun commentaires

Faxinfo décline toute responsabilité quant aux contenus publiés et n'a pas vocation à répondre.

English EN French FR Spanish ES Dutch NL Italian IT