Turbulences financières chez Air Caraïbes

0
blank

Impactée par les restrictions liées à la gestion de la pandémie, la compagnie aérienne Air Caraïbes sollicite un soutien financier de l’Etat.

Marc Rochet, le directeur général de la compagnie basée à l’aéroport de Pointe à Pitre-Guadeloupe Pôle Caraïbes était l’invité de BFM TV le 23 aout 2021.  Interrogé sur l’impact de la crise sanitaire sur le secteur aérien et plus précisément sur la compagnie  Air Caraïbe, Marc Rochet a avancé que la situation sanitaire dans les Antilles allait avoir « évidemment un effet sur le tourisme, les déplacements familiaux », alors que la compagnie nourrissait l’espoir d’un retour à la normale notamment grâce à la vaccination. Marc Rochet s’attendait alors à « faire un été moyen, moyen plus ».

Les nouvelles mesures sanitaires instaurées en Martinique puis en Guadeloupe suite à la progression du variant Delta sont soutenues par le dirigeant, mais il demande à l’Etat « d’assumer les conséquences de ces décisions » et donc d’apporter de l’aide à Air Caraïbes pour en supporter l’impact. A noter que la compagnie a d’affrété un de ses, converti en « avion civière », pour participer aux évacuations sanitaires vers la métropole après avoir amené dans les îles du personnel soignant volontaire. Marc Rochet n’a pas précisé quelle forme cette aide pourrait prendre, ni quels montants étaient envisagés.

Pour l’heure, « on ne gagne pas d’argent, mais on n’en perd pas beaucoup. Cela nous permet d’être prêts quand le trafic va repartir », a-t-il expliqué. Mais si la situation devait durer plus longtemps « alors nous serions en danger » a reconnu le dirigeant de la compagnie.  En outre Marc Rochet a confirmé la mise en place du pass sanitaire pour les navigants des deux compagnies aériennes (Air Caraïbe et French Bee), soulignant qu’en métropole les pilotes, hôtesses de l’air et stewards sont vaccinés à 80% alors que le taux n’est que de « 20 à 25% » dans les Antilles. « Pour ceux qui n’ont pas le pass sanitaire, nous prendrons les mesures d’entretiens individuels et nous pourrons aller jusqu’à la suspension du contrat de travail comme le prévoit le décret », a précisé le dirigeant. Pour qui le vaccin « est la seule solution pour sortir de la crise ».

blank

Aucun commentaires

Faxinfo décline toute responsabilité quant aux contenus publiés et n'a pas vocation à répondre.

English EN French FR Spanish ES Dutch NL Italian IT