SOCIÉTÉ : Journée Nationale de la Résilience à la CCISM

0

Jeudi 13 octobre dernier, après une matinée éducative organisée au Lycée Robert Weinum à la Savane dans le cadre de la Journée nationale de la résilience, l’action « Tous résilients face aux risques » s’est poursuivie pour le grand public à la CCISM.

Pour rappel, la Journée Nationale de la Résilience (JRN) vise à sensibiliser, informer et acculturer tous les citoyens aux risques qui les environnent, dans une logique d’exercices pratiques et dans l’objectif de contribuer à la préparation de tous aux bons comportements en cas de survenance d’une catastrophe. L’opération « Tous résilients face aux risques » dont la première partie s’est tenue à la cité scolaire Robert Weinum pour toutes les classes de seconde avec une exposition, une conférence-débat et des stands d’information de la Croix-Rouge, des pompiers et de la police territoriale, s’est relocalisée à la CCISM dans l’après-midi pour la seconde partie ouverte au grand public. Cette action était organisée par Fabienne Monmarson, cheffe du service des Sécurités et adjointe au Directeur des Services du Cabinet de la Préfecture, avec deux intervenants de Météo France : Jean-Noël Degrace, expert international en gestion des risques hydrométéorologiques, membre de la commission permanente « Disaster Risk Reduction » de l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) et président du groupe d’experts mondiaux sur l’interopérabilité des Services d’Alertes Précoces qui a présenté le volet des cyclones à la dizaine de personnes et Carole Berthod, postdoctorante spécialisée dans les séismes, les magmas et les volcans qui s’est chargée des risques sismiques et volcaniques avec comme introduction la définition du risque : aléa (probabilité qu’un danger se produise) x enjeux (ville ou pays) x vulnérabilité. Selon les deux experts, Saint-Martin reste le territoire le plus à risque de l’arc antillais en termes d’ouragans majeurs. L’assemblée constituée de socio-professionnels et d’acteurs directement concernés par la culture du risque n’a pas manqué d’attention devant les présentations complètes et détaillées des deux intervenants. Jean-Noël Degrace a pris le temps de développer en détails le chapitre sur les cyclones, thématique familière au territoire de Saint-Martin d’autant plus que le calendrier nous place toujours dans la saison cyclonique. De 14h à 16h, le public présent a appris tout ce qu’il y a à savoir sur les cyclones (houle et vent cyclonique, marée de tempête, montée du niveau de la mer, etc) et les séismes mais aussi tout ce qui touche aux prévisions météorologiques, acteur principal dans la prévention et la préparation aux catastrophes naturelles, ainsi que l’information en temps réel et la communication contrôlée. Concernant les outils disponibles pour mesurer la pluie à disposition de Meteo France, il n’y a, à l’heure actuelle, que le radar de Guadeloupe qui permet de calculer la quantité de pluie tombée sur Saint-Martin, le radar guadeloupéen se trouvant à plus de 200km de l’île, il est souvent difficile de déterminer précisément cette mesure. D’ici novembre de cette année, un radar météorologique sera installé sur le territoire en partenariat avec la Collectivité et Sint Maarten grâce à des fonds européens. Meteo France est d’ores et déjà impliqué dans le cahier des charges et identifié comme bénéficiaire de toutes les données en temps réel. Le nouveau radar devrait être opérationnel au plus tard d’ici début 2023 selon Jean-Noël Degrace qui prône un meilleur aménagement du territoire, partie intégrante de la culture du risque et de la résilience dont Saint-Martin ne cesse de faire preuve. _Vx

 1,405 vues totales,  5 vues aujourd'hui

About author

No comments