SOCIÉTÉ – ÉCONOMIE / Observatoire BTP : le dialogue est ouvert entre les entreprises locales, l’État et la Collectivité

0

Ce mardi 11 octobre, une matinée d’échanges a eu lieu au cabinet de la préfecture entre les entreprises locales de BTP et les officiels de l’État et de la Collectivité afin de créer un observatoire de la commande publique à Saint-Martin.

Vincent Berton, préfet délégué des Îles du Nord, nous parlait lors du Job Dating BTP en septembre dernier de sa volonté de mettre en place un observatoire qui serait un lieu d’échanges et de débats entre les acheteurs publics (État, Collectivité, hôpital, aéroport, port, bailleurs sociaux, etc) qui vont passer des gros marchés publics dans les années à venir et les entreprises saint-martinoises qui sont amenées à répondre à ces marchés. Début août, l’association du BTP de Saint-Martin s’était exprimée sur ses frustrations face aux marchés publics souvent alloués aux entreprises étrangères qui ont les capacités matérielles, financières et humaines de répondre aux macro-lots contrairement à l’allotissement qui consiste à diviser un marché public en lots (électricité, menuiserie, ou par quartier) qui sont des unités autonomes, il favorise l’accès à la commande publique des PME et de fait la concurrence entre les entreprises. Chaque lot, issu de ce fractionnement, correspond à un marché distinct faisant l’objet d’un marché séparé et s’oppose en cela au marché unique (macro-lot). En effet, comme l’explique Louis Mussington, président de la Collectivité : « Après le passage d’Irma, il a été jugé nécessaire et utile de créer des macro-lots au lieu de l’allotissement, il faut revenir sur ce principe qui est dans le code des marchés publics, je demande à ce que les pouvoirs adjudicateurs prennent en considération cet état de fait. L’allotissement permet au plus grand nombre de participer et de répondre aux marchés publics lancés par les différents donneurs d’ordre sur le territoire. » Pour Vincent Berton, il est important qu’une mobilisation générale sur la commande publique de la part des officiels soit impulsée en ouvrant le dialogue avec les entreprises locales, être à l’écoute de leurs doléances et mettre des actions en place pour mieux les outiller, administrativement, financièrement et humainement. Ça commence par la formation des jeunes aux métiers du BTP selon Monsieur le Préfet : « nous n’avons pas l’offre de formations qui permet de répondre à la question de main d’œuvre des entreprises alors que le budget existe pour développer celle-ci. Il y a une adéquation entre l’argent public disponible et l’offre de formations. » Une réunion d’urgence sera programmée dans les jours à venir entre Pôle Emploi et les officiels de l’État et de la COM vers une stratégie pour lancer les actions de formation ciblées BTP. Autre point important qui ressort de cette première rencontre entre les professionnels du BTP et les officiels : l’engagement public de ces derniers à publier sur leurs sites respectifs le calendrier des marchés publics à venir. De cette manière, les entreprises locales pourront anticiper et mieux se préparer à répondre aux marchés, en se regroupant par exemple. L’objectif de cet observatoire, et toutes les parties sont unanimes sur ce point, est que l’argent des marchés publics ruisselle à Saint-Martin avec des retombées fiscales pour la Collectivité et surtout, que les jeunes saint-martinois puissent trouver du travail dans le secteur du BTP qui reste une force dans l’activité économique du territoire. _Vx

 1,810 vues totales,  14 vues aujourd'hui

About author

No comments