Retard de paiement : la COM ne s’est pas suffisamment justifiée

0
blank

Les faits

Le 14 novembre 2016, la Collectivité de Saint-Martin est condamnée par le juge d’exécution des peines à payer 243 000 euros aux consorts E au titre de la liquidation d’une astreinte prononcée par arrêt trois ans plus tôt. Le 19 décembre 2016, la COM fait appel de ce jugement.

En octobre 2017, l’affaire est radiée par le conseiller de mise en état «en raison de l’inexécution de la décision». La COM va alors vouloir faire annuler cette radiation et obtient gain de cause en septembre 2019.

L’affaire en 2020

Mais le conseiller de mise en état et les consorts E campent sur leur position. En juillet 2020, le conseiller de mise en état constate donc une nouvelle fois la péremption de l’instance ; l’affaire est de nouveau radiée par ordonnance. La COM la défère deux semaines plus tard.

Elle soutient qu’elle a bien demandé à ce que la somme due aux consorts E leur soit versée. Elle affirme avoir émis un mandat de paiement le 18 mars 2019 d’un montant de 244 500 euros, que ce mandat a été enregistré à la CARPA de Martinique le 26 mars de la même année. Elle refuse en revanche de porter la responsabilité de l’envoi tardif du chèque, celui ayant été en effet reçu par les consorts E par lettre recommandée le 8 octobre 2019. La COM impute ce retard du virement à «la défaillance de la CARPA dans l’établissement de la lettre-chèque ».

Lors de nouvelles conclusions déposées en octobre 2020, les consorts E réitèrent leur position.

La décision de la cour d’appel

L’affaire est tout de même examinée par la cour d’appel de Basse Terre le 9 novembre dernier. A cette audience, la cour d’appel ne devait pas confirmer ou non le jugement selon lequel la COM devait verser 243 000 euros aux consorts E, mais statuer sur l’ordonnance du conseiller de mise en état indiquant la radiation du dossier.

La cour ne relève pas dans les pièces fournies que la COM ait justifié que «le paiement de la somme ait bien été effectué par le comptable public dans un délai raisonnable ».

«Or, pour être interruptif de la péremption, caractérisée par une absence de diligences pendant 2 ans, l’acte opéré doit démontrer la volonté sans équivoque de l’appelant (ici la COM, ndlr) d’exécuter et de faire progresser l’affaire, les simples conclusions aux fins de rétablissement ou les simples démarches faites par une partie, n’étant pas de cette nature. C’est à raison que le premier juge a considéré qu’à défaut de preuve dans le délai de deux ans, d’une volonté réelle d’exécuter la condamnation prononcée contre elle, l’instance enrôlée est périmée. Dés lors, l’ordonnance déférée sera confirmée en toutes ses dispositions », estime la cour d’appel dans sa décision rendue le 7 décembre. (soualigapost.com)

blank

Article sponsorisé par :


blank

Aucun commentaires

Faxinfo décline toute responsabilité quant aux contenus publiés et n'a pas vocation à répondre.

English EN French FR Spanish ES Dutch NL Italian IT