Rémunération des grévistes : ce que dit la loi

0
blank

Concernant le recensement des grévistes, la CGT indique sur son site que, l’agent ou le salarié n’a pas à prévenir son administration ou employeur de sa décision de se mettre en grève avant que celle-ci ne débute. « C’est à l’autorité ou à l’employeur concerné d’établir l’absence du travailleur lors de la grève. Cela peut se faire par divers moyens : relevé des agents ou salariés présents par le chef de service, établissement d’une liste d’émargement, relevé des pointeuses… »

Selon le site officiel de l’administration française, à propos de la rémunération des agents grévistes de la fonction publique territoriale, la loi stipule : « l’absence de service fait donne lieu à une retenue qui doit être proportionnelle à la durée de la grève, en comparant cette durée aux obligations de service auxquelles l’agent étaie soumis pendant la période de grève. Ainsi, la retenue est égale à 1/30ème pour une journée d’absence, 1/60ème pour une demi-journée d’absence et 1/151,67ème par heure d’absence ».

Par ailleurs, si la grève dure plusieurs jours consécutifs, le nombre de 30ème retenus est égal au nombre de jours compris du 1er jour inclus au dernier jour inclus de grève. « Ce décompte s’applique même si, durant certaines de ces journées, l’agent n’avait aucun service à accomplir (jours fériés, congés, week-ends). Ainsi, par exemple, lorsqu’un agent fait grève un vendredi et le lundi suivant, il lui est retenu 4/30mes. » précise le site officiel de l’administration française.

En revanche, « aucun texte n’impose que la retenue soit effectuée sur la rémunération du mois au cours duquel la grève a eu lieu. Mais elle doit être calculée sur la rémunération de ce mois-là ».

(Plus de détails sur www.soualigapost.com)

blank

Aucun commentaires

Faxinfo décline toute responsabilité quant aux contenus publiés et n'a pas vocation à répondre.

English EN French FR Spanish ES Dutch NL Italian IT