Re-découverte : Le centre équestre de Colombier

0

Quand on entre à Colombier, très vite, sur la droite, on aperçoit des chevaux. Ce sont les chevaux de Camille et de son père, les propriétaires depuis deux ans du centre équestre. 

Camille a 25 ans et vit sur l’île depuis 9 ans. Elle a passé son BAC à Saint-Martin et souhaitait faire des études d’architecture d’intérieur. Le hasard ou le destin veut qu’aucune école en France et au Canada n’accepte le dossier de Camille. Triste nouvelle mais ça l’oblige à explorer une autre piste, sa passion depuis toujours, le cheval. Elle vit dans ce monde depuis qu’elle a 4 ans, 21 années d’expérience et de passion. Les refus et la remise en question ont coïncidé avec la mise en vente du centre équestre de Colombier par son ancien propriétaire. Le projet parait fou mais Camille est sûre d’elle, elle part en métropole se former et obtient son BPJEPS. Aujourd’hui, elle est donc titulaire du diplôme qui lui permet d’encadrer des cavaliers en balade mais aussi de les préparer à la compétition, son centre est agréé FFE et elle possède également l’agrément qui lui permet de dispenser la formation d’assistant animateur équestre. Et puis, Camille et son père sont plein de projets. D’abord, une partie de leurs cavaliers représenteront Saint-Martin lors des championnats régionaux qui se tiennent en Guadeloupe, ce n’est pas la première fois qu’ils s’y rendent et ils ont l’habitude du podium. En revanche, cette année, pour la première fois, ils se rendront en métropole en juillet pour les championnats de France et ce sera une première pour Saint-Martin.

Ils seront 3 cavaliers à concourir mais l’équipe pourrait compter 3 cavaliers de plus, et autant de chances supplémentaires d’accéder au podium, s’ils obtenaient un coup de pouce financier. La compétition coûte cher et le talent ne suffit pas à financer les voyages, les nuits d’hôtel… L’équipe de Saint-Martin accepte volontiers les soutiens financiers, sous forme de sponsor, par exemple. Toutes les aides sont bonnes à prendre, il ne s’agit pas que du plaisir de quelques cavaliers mais bien d’un moyen de faire briller Saint-Martin au national et au-delà. Le centre, comme l’île toute entière, a beaucoup souffert du passage d’Irma et toutes les économies sont passées dans la reconstruction et la mise en sécurité des chevaux. Pendant que son père bataillait sur place, avec l’employé du centre,  pour remettre les chevaux en sécurité et le site sur pied, Camille travaillait en métropole pour financer la nourriture des chevaux. Petit à petit, les cavaliers sont revenus mais il manque encore une vingtaine d’inscriptions pour que le centre puisse «rouler» comme avant. Et puis, le centre équestre est aussi un lieu de rencontre et d’accueil.

Camille et son père aiment y voir de la vie même si tous les visiteurs ne sont pas des cavaliers. C’est pour cela qu’ils organisent régulièrement des animations dans l’enceinte du centre, la prochaine fête aura lieu le 22 juin mais si vous aimez le site, vous pouvez aussi le louer pour un évènement particulier. Quoi de plus adorable pour faire plaisir qu’un poney ride ? Prochainement, si tout se déroule dans le bon sens, « la fermette » devrait revoir le jour. Poules, canards, lapins, chèvres… Tout ce qu’il faut pour remplir d’étoiles les yeux de nos bambins… _NB

 1,316 vues totales,  7 vues aujourd'hui

Aucun commentaires

Faxinfo décline toute responsabilité quant aux contenus publiés et n'a pas vocation à répondre.

English EN French FR Spanish ES Dutch NL Italian IT