Eric Francis et Daisy Mercedes-Castillo, «fiers de porter l’uniforme» de gendarme

0
blank

Deux Saint-Martinois gendarmes réservistes témoignent de leur expérience et invitent les jeunes à postuler.

Le métier de la sécurité, c’est leur «passion». Eric Francis, 26 ans, est policier territorial à Saint-Martin. Il est aussi gendarme réserviste depuis trois ans. Daisy Mercedes-Castillo, 35 ans, restauratrice à Sandy Ground, était adjoint de sécurité au sein de la police aux frontières (PAF) de 2007 à 2013. «Je n’ai pas souhaité poursuivre ma carrière pour des raisons familiales et personnelles», confie-t-elle. Pour autant, elle n’a pas renoncé à sa vocation et a intégré la réserve opérationnelle de la gendarmerie en 2011. Tous deux confient être «fiers de porter l’uniforme, de porter les valeurs républicaines».

Mais leur engagement au sein de la gendarmerie va au-delà d’assouvir leur «passion» pour la sécurité. Pour Eric Francis, c’est un moyen de «servir» son île. «Notre rôle est d’être proche de la population, d’amener de l’assurance», estime-t-il. «Nous sommes effectivement là pour rassurer. Des personnes viennent pour déposer plainte car elles sont victimes, certaines peuvent être en pleurs. Nous sommes là pour les accueillir», complète Daisy Mercedes-Castillo.

À Saint-Martin, la mission d’un réserviste consiste à effectuer des patrouilles, d’être sur le terrain au contact de la population afin de prévenir la délinquance. «Nous sommes également amenés à apaiser des situations car nous connaissons les spécificités locales, nous pouvons aider les gendarmes qui viennent de métropole», confie Eric Francis. «Avoir à nos côtés des gendarmes saint-martinois est un avantage indéniable car ils connaissent le terrain, savent parler anglais», admet le lieutenant-colonel Sébastien Manzoni, en charge du commandement de la compagnie de Saint-Martin. «Le fait de pouvoir dialoguer avec les gens dans leur langue a permis de faire baisser la tension sur une intervention, de temporiser la situation. Il y avait 150 personnes autour de moi et elles ne voulaient parler qu’à moi car j’étais Saint-Martinoise», se souvient Daisy Mercedes-Castillo.

«Nous sommes un exemple à suivre pour les jeunes», confie Eric Francis. «Les jeunes doivent s’engager et nous rejoindre. Ils ne doivent pas simplement voir le côté répressif de la gendarmerie», insiste-t-il tout en reconnaissant qu’il est là «pour faire respecter la loi». «Il ne faut pas voir le côté néfaste. Il y a aussi des côtés positifs, la gendarmerie est une belle famille», déclare-t-il. Et de souvenir d’une intervention très émouvante : «j’ai aidé une personne en détresse à ne pas se suicider. Nous avons beaucoup parlé. Nous pouvons aussi avoir un rôle d’écoute, de psychologue. Il n’y a pas que le côté judiciaire.»

Tout comme Daisy, Eric affirme que ses proches et ses amis ne l’ont jamais critiqué sur son engagement au sein de la gendarmerie, institution pourtant souvent décriée localement. «Au contraire, les gens me respectent. Ils viennent me demander des conseils», confie Daisy.

Pour Eric, intégrer la réserve opérationnelle est un moyen pour les jeunes de devenir militaire. «Souvent les jeunes s’engagent au RSMA régime du service militaire adapté, NDLR) pour le côté militaire, ce côté qui n’existe pas au sein de la police territoriale ou nationale. En étant réserviste, ils auront ce statut», explique Eric, brigadier. Il est en outre possible d’évoluer au sein de la réserve et de monter en grade jusqu’à celui de lieutenant-colonel. Daisy est elle actuellement brigadier chef et deviendra maréchal des logis en mars.

Eric Francis et Daisy Mercedes-Castillon font partie de la dizaine d’hommes et de femmes qui composent la réserve opérationnelle de Saint-Martin. Le lieutenant-colonel Manzoni aimerait pouvoir disposer d’un effectif trois fois supérieur afin de constituer une cellule de prévention de proximité. Aussi a-t-il lancé un appel à candidature. Une journée de recrutement aura lieu le 2 mars prochain à la caserne de La Savane. (Source : www.soualigapost.com)

Pour s’inscrire, il est possible d’envoyer un email à crd.bp.comgendgp@gendarmerie.interieur.gouv.fr en précisant leur nom, prénom, date et lieu de naissance afin que les recruteurs puissent planifier les RDV. (Source : www.soualigapost.com)

blank

Aucun commentaires

Faxinfo décline toute responsabilité quant aux contenus publiés et n'a pas vocation à répondre.

English EN French FR Spanish ES Dutch NL Italian IT