Plan France Relance : mise en place du comité de pilotage à Saint-Martin

0
blank

Le comité de pilotage territorial chargé du suivi de la déclinaison à Saint-Martin du plan de relance national a été mis en place mardi matin en préfecture par la préfète, le président de la COM, le responsable du centre des finances publiques, la députée et la sénatrice.

blankLancé au niveau national début septembre par le Premier ministre, le plan France Relance vise à «redresser rapidement et durablement l’économie française». Doté de 100 milliards d’euros dont 40 milliards de fonds européens, le plan est déployé dans chaque territoire autour de trois volets principaux : l’écologie, la compétitivité et la cohésion. Il comprend 23 axes déclinés en 95 fiches actions thématiques.

De manière régulière vont être lancés des appels à projets auxquelles les associations et entreprises locales pourront répondre. Selon le thème qui les concerne, elles devront monter un dossier afin d’obtenir une subvention de la part de l’Etat pour financer le projet qu’elles veulent mettre en place localement. «Saint-Martin est concerné par une centaine d’appels à projet», estime la préfète. Parmi les thèmes d’appels à projets cités et qui intéressent Saint-Martin : biodiversité, modernisation de l’abattoir, soutien aux associations luttant contre la pauvreté, soutien à l’émergence de projets dans le tourisme durable, etc.

Le taux de participation financière n’est pas encore fixé, il sera variable selon les appels à projets. Le montant des crédits qui seront au final alloués à Saint-Martin dans le cadre de ce plan de relance, dépendra de la capacité du territoire à présenter des projets.

A ce jour l’Etat est en mesure de débloquer 27 millions d’euros (de fonds européens) pour financer des chantiers portés par la Collectivité. Celle-ci devrait présenter des projets déjà programmés et pour lesquels elle n’avait pas forcément de crédits d’Etat.

La préfecture devrait aussi profiter de ce plan de relance pour construire la future cité administrative.

 

France Relance : comment bénéficier du plan à Saint-Martin ?

Ce plan doté de 100 milliards d’euros prévoit de soutenir des projets portés par des associations, entreprises ou collectivité au niveau local. Les structures de Saint-Martin peuvent bénéficier de ce plan, la condition est de présenter un projet en rapport avec l’un des thèmes suggérés, favorisant le développement économique, social du territoire ou en faveur de l’environnement.

Ces thèmes sont détaillés sur le site planderelance.gouv.fr et classés selon que le porteur du projet est une entreprise, une administration, un particulier ou une collectivité territoriale. Ils s’articulent autour de trois axes : l’écologie, la compétitivité et la cohésion. Les actions sont très diverses ; cela peut être un projet permettant l’embauche de jeunes, permettant la valorisation de l’offre culturelle, la modernisation des librairies, la lutte contre la pauvreté, etc. Une batterie d’aides financières aux entreprises est aussi proposées.

Chaque porteur de projet doit identifier le thème dans lequel son action s’inscrit et présenter son dossier à l’organisme localement compétent pour l’examiner indiqué sur le site internet. Il doit également regarder les dates des appels à projets ou période durant lesquelles la subvention devra être sollicitée. Si le plan de relance permet de financer des actions jusqu’en 2022, il n’est pas possible de présenter son projet à n’importe quel moment ; un calendrier a ainsi été établi jusqu’en 2022.

Un appel à intérêt sera lancé au niveau territorial par les services de l’État fin 2020 pour identifier les associations bénéficiaires de ces postes.

Les jeunes seront recrutés à compter de début janvier

Les emplois FONJEP sont recrutés par des associations pour des postes d’animation locale. Les FONJEP Jeunes sont réservés à des personnes de 18 à 30 ans.

Les postes, au nombre de 2000, sont soutenus dans des associations intervenant dans les champs de l’éducation, de l’animation ou de la cohésion sociale.  Ils sont financés par l’État, via le fonds de coopération jeunesse et éducation populaire (FONJEP) pour un montant de 7 000 € par an pendant 3 ans.

Pour les associations : vous devez contacter la Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) de votre département  ou la Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS) de votre région.

blank

Article sponsorisé par:


blank

Aucun commentaires

Faxinfo décline toute responsabilité quant aux contenus publiés et n'a pas vocation à répondre.

English EN French FR Spanish ES Dutch NL Italian IT