Philippe Gustin fait le bilan des actions de l’Etat 6 mois après Irma

1
blank

Une semaine après l’annonce du gouvernement de son engagement financier dans la reconstruction de Saint-Martin après le passage d’Irma, le délégué interministériel Philippe Gustin a tenu une conférence de presse avec les médias locaux lundi matin. Il a dressé un «bilan rapide» des actions de l’Etat.

Il a tout d’abord souligné que l’insécurité qui régnait sur le territoire avant Irma n’existait plus «grâce aux efforts en termes de personnels et d’organisation» fournis par les forces de l’ordre qui ont été déployées. «Cela est important car on ne peut pas attirer des investisseurs et des touristes», s’il y a un problème d’insécurité, convient-il.

Les aides accordées aux entreprises ont été rappelées. Le dispositif de chômage partiel qui est prolongé «jusqu’à la fin de l’année» a coûté pour l’instant 27 millions d’euros. Au final il devrait coûter 75 millions d’euros. Il a bénéficié à 1 600 entreprises de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin, soit 7 700 salariés sur les deux îles dont 4 900 à Saint-Martin.

Par ailleurs, les entreprises ont jusqu’au 30 avril prochain pour négocier un moratoire des charges patronales. Elles commenceront à rembourser à partir du 1er janvier 2020 et pourront être exonérées à hauteur de 50 % sur cette période, 2018-2019.

Philippe Gustin s’est aussi félicité de la mise en place de la carte Cohésia, «le seul dispositif à avoir été proposé aux personnes les plus vulnérables». 4 200 foyers en ont bénéficié.

Ce dernier est également satisfait du travail accompli entre les services de l’Etat et de la COM en matière d’environnement et d’urbanisme. «Il existe des règles. C’est bien de se donner des règles et c’est encore mieux de les faire respecter», a-t-il commenté. Dans le cadre du comité opérationnel des polices de l’environnement et de l’urbanisme (COPOLENU), les différents services se sont réunis et ont dressé de manière régulière une liste des points critiques à surveiller afin de diligenter des contrôles.

(Plus de détails sur www.soualigapost.com)

blank

1 commentaire

  1. blank
    james 21 mars, 2018 at 09:39 Répondre

    Tout attendre de L’etat français est facile pour une Collectivité à bout de souffle qui a choisi son statut.
    Comparaison avec la partie hollandaise et les aides reçues’suffit comme explication.
    Retroussez vos manches saint martinois et n’attendez pas tout de la France ….commencez par payer vos impôts

Faxinfo décline toute responsabilité quant aux contenus publiés et n'a pas vocation à répondre.

Laisser un commentaire

blank

Noël : 350 euros de budget cadeau

Cette année, le budget moyen pour Noël est de 577 euros, soit une augmentation de 0,2% sur 2014, d’après la dernière étude du cabinet Deloitte. ...
English EN French FR Spanish ES Dutch NL Italian IT