Les scouts créent une bibliothèque au cœur de Sandy Ground

0

C’est au cœur de Sandy Ground, dans la rue Lady Fish, parallèle à la mer, que s’affairent trois jeunes scouts en foulard et chemise verte, lors de cette matinée de fin juillet. Mia Chender, Benoît Miquey et Justin Malcey se connaissent depuis l’enfance. « On est scouts et guides de France depuis l’âge de 13 ou 14 ans » avance Mia, 19 ans, étudiante en école de commerce à Lyon.

Ils font partie des 90 scouts et guides de France venus prêter main forte à Saint-Martin depuis le 14 juillet. Depuis le début de leur deuxième semaine sur l’île, les trois camarades se consacrent à leur projet : la création d’une bibliothèque. « A la base, nous devions faire une bibliothèque dans une église au Cameroun. » explique la jeune fille. Ils décident donc de transposer leur projet à Saint-Martin. « Nous allons là où les gens ont besoin de nous, et ici c’était peut-être plus le cas qu’au Cameroun. » indique Justin, 19 ans, étudiant en biologie à Clermont-Ferrand.

En deuxième année du grade de compagnons, les scouts et guides de France doivent autofinancer leur projet de solidarité. Depuis le mois de septembre, les trois camarades ont multiplié les petits boulots pour arriver à un budget minimum chacun de 1300 euros (billet d’avion inclus) : babysitting, vente de rameaux, préparation de repas pour les stages de scouts, organisation d’un spectacle de magie… « Nous avons aussi été subventionnés par une entreprise » précise Justin.

Pour installer leur bibliothèque, l’association d’insertion Sandy Ground on the Move leur met un local à disposition. Avant Irma, il servait de centre de lecture, salle informatique et espace d’aide aux devoirs.

Il n’avait pas été ouvert depuis l’ouragan qui a arraché la toiture. Les scouts ont passé plusieurs jours à nettoyer les traces d’infiltration et à trier les livres les moins abîmés. Pour constituer le stock de la future bibliothèque, ils ont demandé à leur groupe de scouts près de Lyon de leur donner des livres, ainsi qu’aux autres scouts volontaires à Saint-Martin. « Nous avons pris le minimum d’affaires personnelles afin de pouvoir transporter les 40 kilos de livres récoltés, dans nos bagages.» déclare Benoît, 20 ans, étudiant en informatique à Lyon.

La semaine prochaine, des volontaires de l’association Sandy Ground on the Move doivent réparer le toit du local. Puis la petite équipe entamera la seconde phase : gratter et peindre les murs. Mia explique que leur projet comprend deux volets : le chantier et l’animation. « On aimerait aussi faire une fresque avec les enfants de l’association, puis des jeux et des ateliers de lecture. L’idée est d’éduquer les jeunes à utiliser un endroit comme ça. C’est important qu’ils se le réapproprient. On n’en a pas encore discuté mais a priori, à terme, l’association gérera le local ».

(Plus de détails sur www.soualigapost.com)

 2,541 vues totales,  8 vues aujourd'hui

About author

No comments