«La rentrée scolaire se passe globalement bien», assure le Premier ministre

0
blank

Edouard Philippe a débuté sa visite en assistant à la rentrée scolaire à Quartier d’Orléans.

Quelques secondes après que la cloche a sonné à l’école primaire Clair Saint-Maximim à Quartier d’Orléans dix minutes avant 8 heures, le Premier ministre est arrivé. Les parents venaient de déposer leurs enfants qui effectuaient leur rentrée. Aux côtés du président de la collectivité, de la vice-présidente en charge de l’éducation, du recteur et du chef du service de l’éducation à Saint-Martin, Edouard Philippe est allé à la rencontre de la directrice qui lui a fait un point sur la situation au niveau des dommages causés par Irma, des effectifs et des personnels. Il est ensuite allé serrer une poignée de main à des enfants assis sur un banc dans la cour.  «Le Premier ministre adore les enfants, il va aller leur parler», nous confiait la veille une personne de son entourage.

La cloche a sonné une seconde fois annonçant l’heure de rentrer en classe. Edouard Philippe a accompagné des élèves de CP rejoindre leur enseignante. En classe, il a posé sa veste et s’est assis à une table observant pendant une dizaine de minutes le travail de l’institutrice avec ses seize élèves, alternant entre le français et l’anglais. Les enfants ont récité une poésie apprise avant les vacances, ont chanté l’hymne de Saint-Martin avant d’entamer un travail avec un livre.

À sa sortie, le Premier ministre a estimé que «cette rentrée s’était bien passée dans des circonstances qui sont bien évidemment très  particulières». Une partie de la toiture de l’établissement a été arrachée et «un certain nombre d’équipements» ont été perdus, notamment la salle informatique. D’une manière plus générale, «les élèves dont les établissements ont été détruits ont été redirigés vers d’autres écoles, les classes ont été reconstituées, nous avons donc une rentrée qui globalement se passe bien, et c’est indispensable. C’est l’un des éléments de retour à la normale», a déclaré Edouard Philippe aux médias.

Le message qu’il voulait faire passer ce matin aux côtés des ministres de l’Education et des Outre-mer, est celui qu’une fois passée «la gestion de l’urgence, il faut faire en sorte que la vie recommence». Mais de bien préciser : «pas normalement car il n’y a rien de normal en ce moment à Saint-Martin.»

«Sept cents professeurs sont présents, ce qui représente environ 90 % des professeurs de Saint-Martin, les autres sont en congé maladie, ce qui n’est pas étonnant au vu des traumatismes physiques ou psychologiques que l’ouragan a pu causer», a annoncé le ministère de l’Education. En ce qui concerne les élèves, entre 90 et 95 % d’entre eux sont présents.

Enfin, Jean-Michel Blanquer a remercié «la mobilisation de toute la fonction publique, de tous les services de la collectivité ainsi que de toute la population. Pour lui, c’est «un beau signe d’unité nationale et d’unité de Saint-Martin que d’avoir réussi en quelques semaines à faire ce qui semblait presque impossible il y sept semaines».

blank

Aucun commentaires

Faxinfo décline toute responsabilité quant aux contenus publiés et n'a pas vocation à répondre.

English EN French FR Spanish ES Dutch NL Italian IT