La gravité des accidents de la route à Saint-Martin est l’une des plus élevées d’Outre-mer

1
blank

L’année dernière 33 accidents corporels se sont produits à Saint-Martin selon l’observatoire national interministériel de la sécurité routière. 37 personnes ont été blessées et 10 ont été tuées. Cette année, à fin octobre, les gendarmes ont constaté 28 accidents qui ont nécessité l’ouverture d’une enquête judiciaire. 36 personnes ont été blessées et 5 ont été tuées. A noter que les cinq décès se sont produits dans cinq accidents différents contrairement à l’an passé où plusieurs usagers de la route avaient trouvé la mort dans un même accident.

blank

En 2019, si seulement 1,16 % des accidents corporels constatés en outre-mer s’est produit à Saint-Martin, pratiquement 4 % des personnes tuées dans un accident en outre-mer l’ont été à Saint-Martin. Pour mémoire, 254 personnes ont trouvé la mort dans un accident de la route en outre-mer, soit 7 % de la mortalité routière pour la France ; les personnes blessées en outre-mer représentent 5 % des blessés en France.

L’observatoire national interministériel de la sécurité routière note qu’avec «7 personnes tuées pour 100 blessés, la gravité des accidents en outre-mer en 2019 est plus élevée que celle de la métropole (5 tués pour 100 blessés) ». A Saint-Martin elle l’est encore plus même si elle a diminué en 2020 : l’an passé elle était de 27 tués pour 100 blessés et cette année elle est de 13,9 tués pour 100 blessés.

A titre comparatif, elle est de 17 en Polynésie française, 12 en Nouvelle Calédonie, 6 à la Réunion, 5 en Guyane et en Martinique et de 8 en Guadeloupe.

«La principale cause des accidents est le comportement du conducteur», indique le commandant Stephan Basso, chef d’escadron à Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Les trois principaux comportements relevés étant une consommation d’alcool et/ou de produits stupéfiants (dans la majeure des cas), un dépassement dangereux et un refus de priorité.

D’une manière générale, les deux-roues sont dans la plupart des accidents impliqués. Leurs pilotes sont aussi les principales victimes. «Six des sept personnes décédées dans un accident depuis le début de l’année à Saint-Martin et Saint-Barthélemy étaient des conducteurs de deux-roues», souligne le commandant de gendarmerie. «En Outre-mer, 18 % des usagers de deux-roues tués ne portaient pas de casque, contre seulement 2 % en métropole. Cette proportion est de 57 % à Saint-Martin», précise l’observatoire national interministériel de la sécurité routière. * Source : schéma directeur routier de la COM. (soualigapost.com)

blank

Article sponsorisé par:


blank

1 commentaire

  1. blank
    ALAIN REMI 6 décembre, 2020 at 06:47 Répondre

    Bonjour: Vieux motard de 70 ans, sur ma dixième moto une 650cc assez rock’n roll, je roule toujours avec mon casque attaché & des chaussures fermées. Je ne crois pas que ce soit un signe d’intelligence supérieure que de se faufiler entre les voitures qui roulent dans mon sens & celles qui arrivent vers moi au dernier moment, au point que, souvent, les voitures qui arrivent vers les vedettes des deux roues sont obligées de freiner pour laisser passer les microcéphales. Qui plus est, 9 sur 10 de ces microcéphales roulent sans casques & en tongs. Je sais que les casernes sont plus confortables que le rond point de l’ancien Office du Tourisme, mais je considère que plus de présence policière, une verbalisation & saisie systématique des deux roues en infraction sauveraient des vies… à moins qu’en «haut lieu» on considère que ces vies ne valent pas la peine d’être sauvées ?

Faxinfo décline toute responsabilité quant aux contenus publiés et n'a pas vocation à répondre.

Laisser un commentaire

English EN French FR Spanish ES Dutch NL Italian IT