...

L. Mussington: NON au contrôle aux frontières, OUI à une coopération sur les tests

0
blank

Le chef de l’opposition au Conseil territorial Louis Mussington s’est exprimé mercredi, critiquant la récente décision de la préfète déléguée Sylvie Feucher de reprendre le contrôle des frontières en raison de l’augmentation des cas de COVID-19 des deux côtés de l’île

Il a qualifié cette décision d’affront aux valeurs et aux principes du Traité de Concordia (1648), à l’unité et à la libre circulation des personnes, ajoutant que les restrictions frontalières de juin ont provoqué une série de maux de tête administratifs qui ont frustré la population.

“Je ne suis pas convaincu que la fermeture de la frontière soit une solution ; c’est une décision autoritaire qui ne respecte pas l’unité, l’unicité et la cohésion sociale qui existent entre les deux côtés de l’île”, a-t-il déclaré. “Nous devons revenir à une attitude beaucoup plus consciencieuse en ce qui concerne la distanciation sociale, le port de masques et le lavage des mains. Nous avons baissé notre garde, donc les protocoles doivent être renforcés. Nous avons réussi la dernière fois et nous pouvons le faire à nouveau”.

Il a déclaré que même s’il y a une augmentation du nombre de cas en Europe, les frontières n’y sont pas fermées. “La frontière entre la France et les Pays-Bas est ouverte, alors pourquoi fermer la frontière entre Saint-Martin et Sint Maarten ? Je ne suis pas d’accord avec cette décision”.

Mr Mussington a déclaré qu’il serait beaucoup plus efficace d’étendre les tests à l’aéroport international Princess Juliana (PJIA) et de faire en sorte que les deux gouvernements de l’île financent un programme rigoureux de tests de masse. La Préfète déléguée Sylvie Feucher a récemment indiqué qu’il n’est pas possible d’effectuer un deuxième test après sept jours.

“Il faudrait un effort combiné, une coopération commune sur les tests afin que les deux parties puissent en bénéficier. Les départements de santé respectifs doivent fournir le service nécessaire pour un test approprié. Paris et La Haye devraient contribuer à l’équipement nécessaire. Il ne faut pas qu’une partie agisse et que l’autre ne le fasse pas. Les protocoles d’entrée doivent être très stricts et tout cas positif doit être renvoyé dans son pays sur le vol de retour”.

 

blank

Article sponsorisé par:


blank

Aucun commentaires

Faxinfo décline toute responsabilité quant aux contenus publiés et n'a pas vocation à répondre.

blank

Poursuite des échouages de sargasses

Elle sont toujours là, et envahissent une partie de notre littoral. D’après l’agence de santé (ARS), les échouages de sargasses continuent d’étouffer certains secteurs de ...
English EN French FR Spanish ES Dutch NL Italian IT