JUSTICE : Au tribunal, elle insulte les victimes et les magistrats

0
blank

Après avoir réitéré des menaces de mort à l’encontre de ses voisins, une femme âgée de 42 ans a été interpellée fin avril par les gendarmes. Elle a placée sous contrôle judicaire dans l’attente d’être présentée devant le tribunal de proximité de Saint-Martin en comparution immédiate le 2 juin dernier*. Elle est poursuivie pour insulte, menace de mort et détérioration de bien.

«Vous allez crever, je vais aller chercher du renfort en partie hollandaise», a-t-elle lâché fin avril. Le 31 décembre dernier, elle avait déjà défoncé leur porte avec un manche à balai. «Les gendarmes étaient venus et elles les avaient copieusement insultés», raconte la victime. Les militaires avaient aussi déposé plainte.

A la barre du tribunal, la prévenue s’énerve rapidement et essaie de faire comprendre qu’elle est en fait la victime. Victime de ses voisins mais aussi du système, de la société en général. «Je suis dans une République bananière. Ce sont des brebis galeuses », dit-elle en parlant des victimes. Elle réitère ses menaces envers la victime présente. «Si je l’avais vraiment menacée, je j’aurais déjà tuée», lance-t-elle. Des propos qui incitent le vice-procureur à appeler les gendarmes. Quelques minutes plus tard, trois militaires arrivent et à la demande du parquet, évacuent la prévenue.

En amont du procès, la prévenue a été examinée par un médecin psychiatrique qui a relevé une paranoïa. Toutefois, il ne conseille pas une hospitalisation car «elle pourrait croire à un complot contre elle».

Pour la lecture du délibéré, le tribunal demande à ce que IEB revienne dans la salle d’audience. Une peine de six mois de prison et une interdiction de détenir une arme pendant cinq ans est prononcée. IEB doit aussi verser 200 euros au titre du préjudice moral aux six victimes (voisins et gendarmes) qui s’étaient constituées partie civile.

(soualigapost.com)

* Une première audience a eu lieu le 5 mai et l’affaire avait été renvoyée à la demande de la prévenue qui voulait un délai pour préparer sa défense.

blank

Article sponsorisé par:


blank

Aucun commentaires

Faxinfo décline toute responsabilité quant aux contenus publiés et n'a pas vocation à répondre.

English EN French FR Spanish ES Dutch NL Italian IT