Jardin des Rastas : Une belle visite dans un écrin de nature !

1

Bien que le signe au bord de la route de Bellevue ait disparu, le ”jardin des rastas” existe toujours, plus verdoyant que jamais !

Pour s’y rendre, il suffit de passer un restant de portail jaune, conduire pendant une dizaine de mètres pour nous retrouver dans cet écrin de nature, sorte d’Eden où fruits et légumes poussent sous l’œil attentif et la main experte de Touzah Jah-Bash, le créateur du jardin.

Se poser avec notre hôte à l’ombre d’un manguier semble définir les prémisses d’un échange intéressant sur les aléas de la culture des fruits et des légumes, pourtant, au fil de la conversation, on se laisse séduire par la philosophie de ce jardinier diffèrent, l’endroit est tellement propice à une connexion avec cette nature qu’il considère comme une entité vivante ; il suffit d’observer ce cadre hors du temps pour adhérer à sa philosophie ; la végétation luxuriante est abondante, les arbres fruitiers dispersés çà et là promettent de délicieux fruits, les légumes poussent parfaitement alignés dans leurs bacs, la plaine est baignée d’un soleil cuisant et les collines verdoyantes semblent protéger cet écrin de nature du reste du monde. Touzah vit dans son environnement végétal et la plénitude qui règne dans ce lieu donne certainement envie de s’adonner à la contemplation de cette nourriture qui pousse grâce au savoir-faire, à la technique et aux connaissances de cet expert jardinier.

« Je ne coupe jamais les plantes l’après-midi car les plantes sont stressées à cause de la chaleur, les feuilles sont fatiguées, alors si je les coupe quand elles sont stressées, nous aussi on reçoit cette nourriture stressée; toutes ces plantes ont été créées pour notre survie, les plantes sont une autre espèce, elles ressentent aussi les choses. », partage Touzah.

Touzah est seul à s’occuper de son vaste domaine, il taille, il élague, il coupe, il arrose, il nettoie, il prépare le terrain, il plante, il déracine, il replante, il soigne; nul ne doute de l’ampleur du labeur car ce potager professionnel offre une généreuse sélection de fruits et légumes : salade, tomate, chicorée, batavia, persil, piment, roquette, aubergine, épinard, chou, poivron, banane, mangue, figue, coco, datte, prune, tamarin, acajou, cerise Suriname, canne à sucre, pomme cannelle, cerise pays, pois, courgette, poivron, goyave, basilic, melon, cèleri, ciboulette; la liste est non-exhaustive.

Bien que Touzah soit seul à tendre auprès de ses cultures et arbres fruitiers il avoue tout de même bénéficier de la compagnie de quelques anges qui se nomment : motivation, endurance, courage, force et bien-aimé.

En observant autour de nous, on ne pourrait supposer qu’un cyclone ravagea l’endroit, la nature est tellement résiliente, elle repousse immanquablement ; depuis Irma le domaine a perdu ses locaux, de ce fait, Touzah ne vend qu’en déracinant les légumes au fur et à mesure des commandes, heureusement, la construction d’un nouveau bâtiment dédié à la vente est en cours ce qui lui permettra de pouvoir proposer des achalandages plus garnis.

Le potager est évidemment bio, bien que ce mot soit maintenant galvaudé le jardinier explique qu’il est impossible de faire du bio si cela ne fait pas 20 années que l’on cultive le même jardin, au même endroit : « l’engrais fait grossir les plantes mais dès qu’on arrête l’engrais ça dégénère et ça devient très moche, l’engrais empêche la terre de donner par elle-même, l’engrais ce n’est pas bon pour la nature, ce n’est pas bon pour les humains ! », proteste Touzah.

Ses connaissances sur la nature et l’écosystème sont aussi fascinantes qu’étendues, de ce fait, il reçoit régulièrement les écoles pour partager son expertise avec les enfants.

On se sent tellement bien dans ce domaine potager et fruitier que partir se fait à contre cœur, Touzah explique que les plantes rejettent des minéraux, une aura, un odorat et de l’oxygène, tous ces éléments bienfaiteurs contribuent à notre bien-être, il est ainsi aisé de comprendre pourquoi cultiver un jardin potager, même petit, peut être très thérapeutique !

blank

1 commentaire

Faxinfo décline toute responsabilité quant aux contenus publiés et n'a pas vocation à répondre.

Laisser un commentaire

English EN French FR Spanish ES Dutch NL Italian IT