Escroquerie : Comment les voitures volées sont maquillées pour être revendues

0
blank

Le vol de voitures est jugé préoccupant par les autorités de la partie française depuis plusieurs années. Il s’est amplifié depuis Irma. Aujourd’hui, il est estimé à une dizaine le nombre de véhicules volés par semaine. La police de Sint Maarten admet qu’il s’agit aussi «en partie hollandaise d’un phénomène préoccupant mais [elle] n’est pas en mesure de donner de chiffres exacts».

Si le système de Sint Maarten est pointé du doigt pour certaines défaillances, le système côté français n’est pas assez vigilant non plus. «Nous n’avons pas de statistiques ou d’informations permettant de dire que les voitures volées sont revendues en partie hollandaise car cela y est plus facile», déclare la police de Sint Maarten.

Au bureau des immatriculations à Sint Maarten, les informations concernant les véhicules, notamment les numéros de série, ne sont pas assez suffisamment et/ou correctement vérifiées lors d’une demande de nouvelle immatriculation. Plusieurs dizaines d’affaires récentes le prouvent : des personnes de la partie française ont retrouvé leur voiture qui avait été volée, en circulation avec des plaques hollandaises.

Le système de transfert des véhicules est simple et bien connu : une personne repeint la voiture, efface le numéro de série puis fait immatriculer la voiture à Sint Maarten et trouve un acquéreur à qui elle fournit des papiers.

Le maquillage des véhicules volés est de plus en plus astucieux et efficace. Au lieu de simplement limer le numéro original de la voiture, il est collé un autre numéro de série. Le maquillage passera d’autant moins inaperçu si la voiture avec sa «nouvelle identité» est immatriculée sans vérification de la part des agents en charge de le faire.

Depuis Irma, une centaine de cas de vols de véhicules ainsi transformés et retrouvés a été enregistrée par la gendarmerie. Côté hollandais, la police affirme n’avoir traité que «très peu de cas». «Nous essayons de sensibiliser sur ce sujet les personnes qui achètent une voiture d’occasion», précise la police de Sint Maarten. Et d’ajouter : «toutes les voitures à l’export sont minutieusement contrôlées par le service de police et tous les documents sont tamponnés avant qu’elles puissent être expédiées hors de l’île.»

Pour mieux lutter contre les trafics et les vols, il faudrait que les systèmes d’immatriculation soient plus performants et que les autorités des deux côtés de l’île coopèrent, s’échangent les informations dans ce domaine. La lutte contre les garages clandestins déjà menée en partie française pourrait être étendue à l’échelle de l’île et partagée avec la police de Sint Maarten. Si la gendarmerie a plusieurs fois communiqué sur le démantèlement de garages clandestins, la police n’a jamais fait part, pour l’instant, de telles enquêtes dans ses nombreux communiqués de presse.

(Plus de détails sur www.soualigapost.com)

blank

Aucun commentaires

Faxinfo décline toute responsabilité quant aux contenus publiés et n'a pas vocation à répondre.

English EN French FR Spanish ES Dutch NL Italian IT