Environnement / Pour une bonne gestion de l’herbier de Tintamarre en faveur des tortues marines !

0

Si Tintamarre est connu pour être le second site de ponte des tortues marines à Saint-Martin ; l’herbier de phanérogames marines de Baie Blanche (Tintamarre) représente en plus des services écosystémiques rendus, un enjeu majeur de conservation des tortues marines et plus particulièrement pour les tortues vertes (Chelonia mydas).

Il constitue en effet leur principale aire d’alimentation au sein de la Réserve Naturelle Nationale de Saint-Martin. L’importante présence de ces tortues marines au sein de ce site protégé de la Réserve Naturelle Nationale de Saint-Martin, concoure au développement de sa fréquentation par le public et par les opérateurs commerciaux proposant l’activité de « turtle watching ».

Cet herbier a fait l’objet de la mission de Charlotte Bousquet, étudiante à l’université de La Rochelle en master 2, en stage à la Réserve naturelle de février à juillet 2016. Au terme d’une description initiale de l’herbier (13 radiales et 10040 m2 ) et des usages ayant cours sur cette zone protégée (55 observations), la présente étude s’est attachée à caractériser la réponse de l’herbier soumis à différents niveaux de pression d’ancrage, au sein de 3 zones : zone arrière (pression d’ancrage importante), zone de mouillage (pression d’ancrage intermédiaire) et zone contrôle (pression d’ancrage limitée).

Ainsi, plus la pression d’ancrage est importante, plus l’herbier affiche un état de santé dégradé, la zone de mouillage affichant un état de santé intermédiaire. 

Ce constat s’accompagne de l’identification d’un certain nombre de problématiques liées à la fréquentation et aux usages de cette zone. La dégradation de l’état de santé de cet herbier semble principalement liée à une méconnaissance des enjeux de conservation sur la zone, de mauvaises pratiques de navigation, une surfréquentation ponctuelle de la baie, des risques pour la sécurité des usagers et une problématique récurrente de mouillages endommagés.

Diverses préconisations de gestion ont été formulées, afin de promouvoir une gestion plus raisonnée et durable de la zone, en accord avec les enjeux économiques et de conservation de cette baie.

Ces résultats seront également repris dans le cadre de travaux menés en 2017 et 2018, par une équipe de chercheurs de l’Université Internationale de Floride, afin de caractériser les interactions existantes entre Halophila stipulacea, et C. mydas, au sein de l’herbier de Baie Blanche à Tintamarre.

blank

Aucun commentaires

Faxinfo décline toute responsabilité quant aux contenus publiés et n'a pas vocation à répondre.

English EN French FR Spanish ES Dutch NL Italian IT