Education : Elèves, parents et enseignants réclament le report de la rentrée

0
blank

Comme prévu, élèves, parents et enseignants se sont rassemblés lundi  10 septembre à 7 heures devant l’hôtel de la Collectivité. Ils protestent contre les conditions d’accueil des élèves suite aux retards dans les travaux programmés cet été par la COM. Alors qu’une délégation composée de huit personnes (trois enseignants, trois parents et deux élèves), était reçue par les élus de la COM, les élèves, en uniforme et munis de pancartes, et quelques parents, s’étaient organisés en cortège pour faire le tour de l’hôtel de la Collectivité. Une cinquantaine de parents, élèves et enseignants étaient également postés autour de la COM.

« Mon fils est en 5ème à Mont des Accords où deux bâtiments sont hors d’usage. Le collège était déjà surpeuplé avant mais là il ne leur reste qu’une quinzaine de salles dans lesquelles les vitres sont bloquées et les ventilateurs cassés » explique Ingrid, parent d’élève.

« Ma fille est en 3ème à la cité scolaire où ils auraient besoin de 25 salles mains n’en ont que 17. Du coup elle a cours le mercredi après-midi. Il y a aussi des problèmes de bus et de cantine et aucun d’entre eux n’a de manuels scolaires » poursuit celle qui a également deux enfants scolarisés en primaire à l’école Marie-Amélie Leydet. « L’école a pu rouvrir rapidement mais subit des réductions de budget. Vendredi nous avons reçu un mot pour nous demander de contribuer à l’achat de feuilles et de petites fournitures. En tant que parents on veut bien aider mais il ne faut pas non plus nous prendre pour des canards sauvages. C’est du n’importe quoi!» rapporte-t-elle, outrée. Cécile Lucidarme, représentante de l’UPESM (association des parents d’élèves) explique qu’il y a aussi de « gros problèmes » par rapport aux bus et notamment la ligne Quartier d’Orléans-Cul de Sac – Robert Weinum : « on ne peut même plus inscrire les enfants ».

« On a bricolé l’année dernière. On a beaucoup pris sur nous. Et là on repart sur les mêmes conditions que l’année dernière.

A la cité scolaire nous n’avons pas de CDI (alors que nous avons des élèves qui en ont besoin, notamment pour préparer les TPE), ni de salle de permanence. Il y a encore des fils qui pendant dans les salles. Ce ne sont pourtant pas des choses très longues à faire. Même les petits travaux n’ont pas été effectués. Et on sait que ce ne sont pas les entreprises qui étaient en vacances cet été. Il y a eu un manque de suivi. On en est presque à considérer que la COM nous a menti. On attend que les travaux s’accélèrent. Et la présence des élèves et des enseignants les ralentissent. On ne peut pas non plus faire cours dans le bruit. Il faut repousser la rentrée comme ça avait été fait après Luis » avance Laurent Bayly, professeur d’histoire au lycée Robert Weinum et secrétaire territorial pour le second degré du syndicat SNES-FSU.

Vers dix heures, le cortège se dirigeait vers le service de l’éducation nationale pour demander le report de la rentrée. L’UPESM a présenté aux autorités son « état des lieux et difficultés diverses des établissements de Saint-Martin » L’association des parents d’élèves a ainsi listé sur quinze pages, photos à l’appui, les points noirs de cette rentrée à Mont des Accords, à la cité scolaire, au LPO, au collège de Quartier d’Orléans, aux écoles de Grand Case, Simeonne Trott, Marie-Amélie Leydet et Omer Arrondell. …”Ce document est incomplet, il manque des établissements pourtant concernés.

Nous attendons des retours de ces derniers afin de compléter ce document” indique l’UPESM. Michel Sanz, l’IA-DAASEN qui a reçu la même délégation que la Collectivité au service de l’éducation nationale a répondu négativement à sa demande de reporter la rentrée de quelques jours le temps de réaliser les petits travaux. « Reporter la rentrée dans quels établissements ? On ne peut pas décider de fermer unilatéralement tous les établissements car il y en a où il n’a pas de problème. Ferme deux jours ne changerait rien. Les travaux sont en cours et on ne pourra pas le faire aller plus vite. ” considère-t-il. Il déclare toutefois avoir bien pris en compte les listes de doléances du collectif et assure que Christian Climent-Pons, directeur de projet, chargé de la reconstruction du système éducatif de Saint-Martin, va vérifier chaque point soulevé et voir avec la COM comment accélérer les choses. Il propose, en attendant, d’aménager les emplois du temps des élèves dans les classes où il y a des problèmes “avec beaucoup de souplesse pour ne pas que les enfants soient pénalisés ».

(Plus de détails sur www.soualigapost.com)

blank

Aucun commentaires

Faxinfo décline toute responsabilité quant aux contenus publiés et n'a pas vocation à répondre.

English EN French FR Spanish ES Dutch NL Italian IT