Drame à la Baie Orientale : L’autopsie de la jeune femme confirme une attaque de requin-tigre « de taille significative »

0

L’autopsie pratiquée par les deux médecins légistes arrivés de Guadeloupe vendredi matin a révélé de nombreuses morsures sur le corps de la victime, confirmant ainsi une attaque de requin-tigre long de 3 à 4 mètres selon les autorités locales.

Vingt-quatre heures après le drame survenu à la Baie Orientale qui a suscité une vive émotion sur l’île, une nouvelle conférence de presse a été organisée vendredi soir en Préfecture, en présence du secrétaire général, Mikaël Doré, du commandant de gendarmerie, Stephan Basso, de la 1ère vice-président de la Collectivité, Valérie Damaseau et du directeur de la Réserve Naturelle de Saint-Martin, Nicolas Maslach.

De nouveaux éléments  sur les circonstances du décès de la touriste âgée de 38 ans qui avait décidé de passer une année sabbatique à Saint-Martin ont été communiqués aux médias. « La mort de la jeune femme est due à une attaque de requin, vraisemblablement un requin-tigre de taille significative », a déclaré Mikaël Doré. « Selon les médecins légistes, la touriste était consciente au moment de l’attaque ». « La victime présentait de multiples morsures au niveau de la jambe gauche, du pied, des mains et surtout cinq grosses morsures sur la jambe droite qui ont entraîné son décès », a complété le commandant Stephan Basso.

Sinon, des informations complémentaires sur le squale devraient être apportées cette semaine après d’autres analyses approfondies des morsures retrouvées sur le corps.

Mickaël Doré nous a informés également qu’une société avait été sollicitée par la Préfecture le lendemain du tragique accident pour faire des recherches sur zone avec un drone, aucun animal ayant été aperçu. Des agents de la Réserve Naturelle ont effectué aussi des plongées dans la matinée de vendredi sur la Baie Orientale pour tenter de repérer des requins. En vain, la visibilité n’était pas bonne du tout, l’eau étant très trouble.

 

Prolongation de l’arrêté d’interdiction de baignade et de pratique d’activités nautiques

Un groupe de suivi scientifique a été crée et doit se réunir aujourd’hui. Des spécialistes des squales de Tahiti, des Etats-Unis et de la Réunion devraient apporter leurs expertises pour aider les autorités locales à prendre les meilleures mesures qui s’imposent pour protéger la population saint-martinoise.

En attendant, les autorités ont décidé de prolonger l’arrêté d’interdiction de baignade et de pratique des activités et sports nautiques sur tout le littoral  de la partie française, y compris sur les plages des Îlets Pinel, Tintamarre et Caye Verte jusqu’au 16 décembre._AF

Loading

About author

No comments