Deux modes opératoires avérés pour obtenir frauduleusement une carte de séjour

0
blank

L’affaire de cette femme de trente ans native la République dominicaine qui a demandé à un Français de reconnaître sa fille dans le but d’obtenir une carte de séjour est «un cas de fraude exemplaire, un cas typique à Saint-Martin», a commenté le vice-procureur. «Ce sont des circuits très organisés», précise-t-il tout en expliquant qu’il y a deux modes opératoires, celui des ressortissants haïtiens et celui des dominicains.

Les autorités ont constaté que les personnes natives d’Haïti avaient pour habitude de vivre côté hollandais et de scolariser leurs enfants côté français en présentant lors de l’inscription une adresse fictive. Puis au bout de cinq ans, elles demandent une attestation scolaire ; ce document justifie que l’enfant va à l’école côté français – donc vit côté français – depuis cinq ans, soit la période minimum imposée par loi pour que l’enfant obtienne de droit la nationalité française. Ensuite, ayant un enfant français, les parents étrangers peuvent prétendre à des titres de séjour.

Plusieurs enquêtes pour suspicion de fraude sont en cours et certaines ont déjà révélé que plusieurs adresses données par des étrangers, sont fictives, a indiqué le parquet.

Concernant la communauté dominicaine, les autorités ont remarqué «un mode opératoire» différent pour tenter d’obtenir des titres de séjour. Les personnes natives de la République dominicaine ont plutôt tendance à «trouver des hommes volontaires» pour reconnaître leur enfant en échange d’une rémunération. Les hommes reconnaissent les enfants auprès des services de l’état civil de la collectivité, qui n’ont pas le droit de refuser la paternité à une personne. (soualigapost.com)

blank

Article sponsorisé par:

blank

Aucun commentaires

Faxinfo décline toute responsabilité quant aux contenus publiés et n'a pas vocation à répondre.

English EN French FR Spanish ES Dutch NL Italian IT