CULTURE : Vernissage de l’exposition « Liens Caribéens / Caribbean Ties »

0

Hébergée dans les locaux de la Mission Locale de Saint Martin jusqu’au 13 mai prochain, cette exposition internationale sur les peuples connectés d’hier et d’aujourd’hui a été inaugurée le 21 avril dernier en présence des organisateurs, de plusieurs officiels et de la presse locale. 

Le vernissage a débuté avec plusieurs prises de parole avec Thomas Sainte-Luce, président du groupe Pewen, en introduction. Suivi par Katarina Jacobson, archéologue et responsable du Service des collections du musée départemental Edgar Clerc, qui a conté la genèse du projet NEXUS1492 financé par le Conseil Européen de la Recherche dont l’exposition présente les plus récentes recherches. Et enfin, Irvince Auguiste, ancien chef Kalinago (Dominique), qui, tantôt avec émotion, tantôt avec humour, a raconté à l’assemblée l’histoire des peuples indigènes, leur force et leur résilience face à la colonisation et aux nombreux désavantages dont ils sont encore souvent victimes. 

L’assistance était constituée d’une trentaine de personnes dont Madame la sénatrice Annick Petrus en sa qualité de présidente de la Mission Locale, Nathalie Marrien de la Délégation Solidarité et Familles à la Collectivité, Alex Richards, directeur de l’Action Culturelle et Corinne Hofman, professeure d’archéologie caribéenne à l’Université de Leiden (Pays-Bas) sans qui « Liens Caribéens / Caribbean Ties » n’existerait pas. Avant d’inviter les convives à découvrir l’exposition située à l’étage, Katarina Jacobson a contextualisé les travaux présentés, fruits de multiples recherches réalisées à l’aide de méthodes et de techniques scientifiques de pointe en archéologie, géochimie isotopique, génétique, anthropologie physique, études patrimoniales, etc. 

L’archéologie et l’étude des pratiques culturelles contemporaines mettent en lumière les voix Amérindiennes.

Avant la colonisation des Bahamas par Christophe Colomb en 1492, les peuples amérindiens étaient présents partout dans l’archipel. Irvince Auguiste a décrit les conséquences dramatiques du processus colonial sur la population indigène : « c’est la colonisation qui a séparé les peuples amérindiens ». 

Les Petites Antilles ont servi de base à la résistance anticoloniale des populations amérindiennes. Les montagnes de la Dominique ont fourni des cachettes pour ce peuple victime des premiers colons brutaux. Aujourd’hui, la plus grande population amérindienne survivante de la Caraïbe insulaire, les Kalinagos, vit à la Dominique. L’exposition « Liens Caribéens / Caribbean Ties » qui participe pleinement à la reconnaissance de l’existence et de la présence de ces peuples dans la Caraïbe, est organisée selon quatre thématiques : les paysages multiculturels ;  voyages, migrations, échanges ; manger et croire ; et enfin, l’avenir du passé. À découvrir à la Mission Locale de Saint Martin, à l’ancienne école Evelyna Halley, derrière la gare routière de Marigot. _Vx

 6,066 vues totales

Source :

Faxinfo : https://www.faxinfo.fr/

Article sponsorisé par :


About author

No comments

%d blogueurs aiment cette page :