CAUSE ANIMALE / Refuge/fourrière pour animaux : il faudra encore attendre plus d’un an…

0

Le mercredi 14 septembre 2022, une visite de terrain était organisée sur le site de l’ancien refuge pour animaux détruit en 2017 par l’ouragan Irma avec Bernadette Davis, 2ème vice-présidente de la Collectivité. La livraison promise au 1er trimestre 2024 a une nouvelle fois été repoussée… Explications avec l’intéressée.

« La fourrière animale est une obligation de la Collectivité et nous avons décidé de nous associer au refuge afin de mutualiser les services, c’est logique, c’est normal » déclare Bernadette Davis, 2ème vice-présidente en charge du cadre de vie, « Malheureusement, quelques fois, on a un vœu et ce n’est pas exactement ça (…) ça a pris du temps, il faut décider, parfois on a des commandes publiques qui sont infructueuses, il y a un processus à respecter et lorsqu’on donne une date, c’est parce qu’on pense que tout va passer comme ça mais quelques fois, ça n’est pas le cas et il faut repartir de zéro ». Cependant, pas de retour à la case départ concernant le projet en lui-même, le nouveau refuge animal se situera bien à Mont Vernon, sur le même site que l’ancien, alors géré par l’association I love My Island Dog. « Maintenant, tout est en route » promet Bernadette Davis. La publication du marché ‘Gestion du service de fourrière animale et refuge pour animaux’ s’est effectuée en octobre 2023 et le marché d’études fut attribué au groupement A2 Architectes. La publication du dossier de consultation pour la réalisation des travaux (conformément au code de l’Environnement) était prévue en février 2024 pour un démarrage des travaux au second semestre 2024 et une ouverture du site dans un an. « La population a son mot à dire, on attendait les conseils de quartier (installés le 12 mars dernier ndlr) parce qu’il y a une responsabilité, surtout au niveau du refuge, ça ne va pas forcément être le même format, personnellement je préfère aller dans chaque quartier parce qu’aujourd’hui, il faut éduquer la population sur la question des chats et des chiens errants, les animaux qui sont maltraités, je vais organiser une concertation publique un peu différente parce que le sujet est différent » précise l’élue de la COM. Se souvenant d’avoir vu un jour une petite fille déposer un carton avec des chatons devant le cabinet d’un vétérinaire sans avoir conscience de son geste, Bernadette Davis entend éduquer la population saint-martinoise : « On est une petite île, lorsqu’on était enfants, les chats et les chiens restaient dehors, moi-même lorsque je suis allée aux États-Unis pour la première fois, j’étais complètement choquée d’apprendre qu’il existait un hôpital pour animaux, il faut comprendre tout ça, culturellement, les mœurs ont changé, les habitudes aussi, aujourd’hui on a des locaux qui adorent leurs animaux mais il y en a d’autres qui considèrent que ce ne sont ‘que’ des animaux, il faut emmener la population à comprendre ce qu’est un animal et à s’en soucier, surtout les petits enfants ». Sur le sujet des campagnes de stérilisation, Bernadette Davis y est favorable tout en soulignant l’impact financier : « Je suis pour des périodes ponctuelles avec des campagnes de stérilisation mais ça coûte, payées par une association ou autre, c’est toujours de l’argent quelque part. Alors il faut aussi encourager la population à faire des donations parce qu’une fourrière et un refuge ont leurs limites en termes de capacité » et de conclure par « Laurent Guillaume (directeur du service Environnement, Eau, Énergie de la Collectivité ndlr)

m’a confirmé que l’ouverture du site sera au second trimestre 2025, je m’en tiendrai à ça ». Nombreux sont les militants de la cause animale qui, plus que jamais, croisent les doigts face à une situation critique où la quantité d’animaux errants sur le territoire ne cesse d’augmenter. _Vx

 

Projet refuge/fourrière pour animaux de SXM

Pour rappel, vingt chiens seront accueillis dans le refuge qui sera construit dans la partie haute du site dont la superficie est de 12.000m2 et vingt autres chiens et vingt chats pourront être pris en charge par la fourrière qui prendra place dans la partie basse ainsi qu’une chatterie d’une capacité de vingt chats et les installations d’accueil et de soins des animaux de façon mitoyenne. Partie basse dont la plateforme sera surélevée lors de la phase d’aménagement pour contrer le risque d’inondation. La parcelle de terrain appartient à la Collectivité et respecte la distance de 100m entre les habitations et le site de construction. Dans un premier temps, le terrain sera nettoyé et sécurisé avec un accès de la route géré par les exploitants qui seront définis dans la dernière phase du projet dont le budget total s’élève à 1.5M€, que ce soit la Collectivité ou une délégation de services publics comme une association qui répondra aux critères nécessaires pour gérer l’exploitation. La voirie sera aménagée et une zone de stationnement délimitée pour les employés du refuge et le public. Dans une politique de développement durable, les ouvrages seront conçus écologiquement, avec une évaluation thermique sur les bâtiments, une réutilisation des eaux récupérées en citerne, la pose de panneaux photovoltaïques, et bien sûr, l’intégration des contraintes cycloniques. La végétalisation sera également organisée pour créer un parcours de promenade et un parc dont la population aura un accès libre. À l’heure actuelle, la Collectivité de Saint-Martin fait appel à la Guadeloupe pour un service de fourrière animale, à raison de deux semaines tous les trois mois.

 1,251 vues totales

No comments