BIODIVERSITE / La valeur économique des récifs coralliens en outre-mer est de 1,3 Md€

0

L’Ifrecor (initiative française pour l’état des récifs coraliens) a publié en juin un rapport sur l’état des récifs coralliens, des herbiers et des mangroves en outre-mer.

«En 2020, 62 % des récifs évalués sur ces territoires est en mauvais état de santé avec une tendance à la stabilité depuis 2015. Sur le long terme, les trajectoires de ces récifs vont, dans l’ensemble, dans le sens d’une dégradation avec une perte de recouvrement corallien au profit des algues qui limitent la réinstallation des coraux et n’ont pas la même valeur écosystémique», commente l’Ifrecor qui précise que cette dégradation concerne également les herbiers ainsi que la mangrove.

Pourtant, la valeur totale rendue par les récifs en outre-mer est estimée à 1,3 milliard d’euros par an : 215 millions d’euros générés par la pêche et l’aquaculture, 315 millions d’euros par le tourisme. Les mangroves et les herbiers séquestrant le CO2, il a été calculé sur les prix du marché volontaire des crédits carbone, que ces deux formations végétales permettent d’économiser 175 millions d’euros. Le gain le plus important d’un point de vue économique concerne la protection côtière. Ces écosystèmes absorbent une grande partie de l’énergie de la houle et ainsi réduisent les dommages sur les aménagements des littoraux ; ils permettent d’économiser quelque 595 millions d’euros d’infrastructures de protection.

 

A Saint-Martin, la valeur totale rendue par les récifs est estimée à 25 millions d’euros. D’où l’intérêt de protéger ces surfaces. A ce jour 33 % des récifs coralliens sont protégés.

(soualigapost.com)

 899 vues totales,  3 vues aujourd'hui

Article sponsorisé par :


Aucun commentaires

Faxinfo décline toute responsabilité quant aux contenus publiés et n'a pas vocation à répondre.

English EN French FR Spanish ES Dutch NL Italian IT