Rhum made in Saint-Martin : La société Rhum Island veut se positionner à l’export

4

C’est en juillet 2017 que l’entreprise Rhum Island, qui élabore et embouteille du rhum à Saint-Martin, a été inaugurée. Dans leur dépôt-atelier de fabrication semi-automatique situé à Hope Estate, Valérie, Lisa, Olivier et Christophe relancent leur affaire détruite et pillée lors du cyclone Irma.

Malgré la mise en place de plusieurs actions pour dynamiser l’activité, comme la création de Master class, de dégustations, de positionnement en tête de gondole dans les supermarchés, les affichages publicitaires sur la voie publique, Oliver Kleinhans, l’un des responsables, constate que « ça a du mal à décoller ». Un nouveau packaging et un visuel différent ont été créés l’été dernier, et « les clients potentiels doivent changer leurs habitudes de consommation pour venir sur nos produits. Mais ça ne se fait pas tout seul », constate Olivier. Ce dernier estime qu’il va falloir un peu de temps et un premier bilan sera fait à la fin de la saison prochaine, « le produit est apprécié et il est bon. Au niveau des prix, on est super correct, et moins cher que la concurrence ». La politique de prix mis en place par Rhum Island est faite pour prendre des parts de marché, « et il n’y a aucune raison que ça ne décolle pas ».

La société a repris son activité en décembre 2018, quatorze mois après Irma, et pour se développer et capter des nouveaux distributeurs à l’export, la participation à des salons internationaux a été un passage obligé. Paris, Marseille, Berlin, Spa, New York, San Francisco, mais aussi la Pologne, ont été autant de vitrines pour faire connaître le rhum élaboré à Saint-Martin. « On commence nos premiers pas à l’export », précise Olivier Kleinhans.

Un distributeur en Belgique, un autre en Italie, et des contacts ont lieu avec la Suisse, « on a des détaillants à Paris, comme la Maison du Rhum (…) Mais on prend le temps parce qu’ensuite il faut que ça suive dans l’atelier ».

Rhum Island produit entre 1 500 et 2 000 bouteilles par mois, une quantité jugée insuffisante par Olivier qui souhaiterait en produire de 4 à 5 000, « l’idéal serait 50 000, 70 000 bouteilles par an ». Un point positif est la récente médaille d’or obtenue à Saint-Barthélemy à l’occasion de l’édition du Caribbean Rum Award 2019, « un sacré coup de pouce ». _RM

4 comments

  1. David 14 novembre, 2019 at 10:23 Répondre

    Rhum made in St Martin ……. C’est du ressort de la répression des fraudes, car il n’y a pas de production de Cannes à sucre ici à St Martin.
    De nombreuses entreprises ont été fermés par la répression des fraudes à cause de cette marque : Made in St Martin.
    Que fait aujourd’hui cette répression des fraudes ?
    Deux poids et deux mesures. ?
    Les grosses entreprises peuvent et les petites sont illégales ?
    Le Procureur doit mettre son nez dans ces affaires !

    • Vk 14 novembre, 2019 at 12:21 Répondre

      Monsieur Parce que vous pensez qu’en France il y a de la canne a sucre !… et que toutes les marques de rhums embouteilles, assemblés en France sont illégaux… Vous semblez mal connaitre les lois en matières de répression des fraudes! Tous produits fabriqués dans un pays comme saint-martin a l’obligation légale de mettre sur la bouteille “Embouteillé à … par…
      Avant de critiquer, commencer à apprendre les règles…Les entreprises qui ont fermés ne devait pas vraiment respecter ces règles…

  2. David 14 novembre, 2019 at 13:25 Répondre

    Embouteiller n’est pas une production De Saint Martin.
    Toutes les entreprises fermées à Saint Martin par la répression des fraudes étaient toutes en règles.
    Elles étaient toutes a jours fiscalement !
    Elles disaient comme vous : Made in Saint Martin !
    Ce qui est faux car Saint Martin n’a jamais rien fabriqué ni même produit !
    La répression des fraudes a fermé ces entreprises !
    La Loi doit être respectée par tous , y compris par les soi-disant Saint-Martinois.
    Arrêter d’abuser des touristes par une fausses productions : Made in Saint-Martin.
    Entre les crimes cachés par les médias et le faux Made in Saint-Martin. Vous tuez l’ile !
    S’en compter les Bromates servies par les restaurateurs qui tuent la clientèle étrangère qui ne savent pas que l’eau tue les gens dans l’ile.
    Arrêtez vos escroqueries !!!

  3. Agnès 16 novembre, 2019 at 13:35 Répondre

    Bonjour Monsieur . Au lieu de polémiquer laissons les entreprises qui valorisent Saint Martin et félicitons les bonnes initiatives qui ne peuvent que remettre Saint Martin dans la lumière

Post a new comment