Célébration de la fête de Schoelcher à Grand-Case : Une fête sous le signe des traditions !

0

La fête de Victor Schoelcher et du village de Grand-Case s’est déroulée dans la tradition, le dimanche 21 juillet dernier.

La partie protocolaire, avec la messe oecuménique et les discours officiels, a ouvert les célébrations, en matinée. Le programme festif composé des jeux traditionnels pour les enfants et des jeux sportifs, avec une superbe course de bateaux pays, a pris le relais jusqu’au soir.

Point d’orgue de cette journée de célébrations, le feu d’artifice a été tiré à 22 heures sur la baie, pour finir en beauté les fêtes de Grand Case 2019.

  L’hommage de Daniel Gibbs

à Victor Schoelcher

« C’est toujours avec beaucoup de plaisir et d’émotion que participe à la Fête de SCHOELCHER, à Grand-Case, chaque année.

Cette cérémonie est aussi la célébration du village, de son authenticité, de ses habitants. Et je remercie chaleureusement, à cet égard, l’ensemble des personnes et des Associations de quartier, qui ont contribué à l’organisation, au côté des services de la Collectivité, pour faire de cette célébration une réussite.

Chaque 21 Juillet est l’occasion, pour nous tous, de respecter notre devoir de mémoire, autour d’un hommage commun à Victor SCHOELCHER : à l’homme, à son esprit et à ses combats contre l’esclavagisme, le racisme et la tyrannie.

Son rôle historique, hélas bien tardivement reconnu, fut en effet déterminant.

Ces combats, auxquels nous rendons aujourd’hui hommage, furent souvent incompris, parfois désespérés, toujours difficiles… 

Dans le passé, la France, se proclamant volontiers à l’avant-garde, a, en effet, attendu fort longtemps avant d’en venir à l’abolition effective. Et ceux qui en furent les premiers artisans, tel l’Abbé GREGOIRE, ont été bien souvent décriés.

Alors qu’en 1848, Victor SCHOELCHER rédigea et signa le décret d’abolition, son rôle fut déterminant : il sauva l’honneur de la Nation, rendant à la France sa dignité, notre dignité.

Victor Schoelcher a eu l’intuition et le génie de sentir que les grandes décisions historiques n’autorisent pas les calculs politiciens et budgétaires ; que la prudence est dans l’audace ; que l’Abolition ne se prépare pas, mais se proclame, totale et immédiate…

L’esprit de l’illustre SCHOELCHER habite donc Grand-Case, chaque 21 Juillet, et c’est ce qui rend ces réjouissances si émouvantes et fraternelles ».

No comments