Un pirate de la route jugé en comparution immédiate

1

S.G, 19 ans était convoqué ce mercredi 31 octobre à 11 heures devant le tribunal correctionnel de Saint-Martin dans le cadre de la procédure de comparution immédiate. Il était placé en garde à vue depuis le 27 octobre dernier après avoir participé à un vol de moto en réunion et avec violence (n’ayant pas entraîné d’ITT) et une course-poursuite avec les gendarmes.

S.G et ses complices, qui n’ont pas encore été identifiés, ont vers 4 heures du matin le 27 octobre, pris en chasse puis barré la route de la Savane dans les deux sens à un conducteur de moto et sa passagère. Ils les font tomber puis le conducteur se rebiffe et une bagarre éclate entre la victime et ses agresseurs. Mais les auteurs réussissent à s’emparer de la moto. La passagère s’enfuit vers la caserne des pompiers pour chercher de l’aide. Les gendarmes sont prévenus et arrivent sur les lieux. Les auteurs prennent la fuite sur leurs deux-roues. L’un d’eux, S.G, qui transporte un passager sans casque, est poursuivi par les gendarmes tandis qu’il prend la direction de Grand Case sur un 125 pour lequel il n’a pas de permis. Il refuse de s’arrêter malgré les gestes répétés des gendarmes dont il percute le véhicule à plusieurs reprises. Durant cette course poursuite, S.G fait plusieurs fois demi-tour pour tenter de semer les militaires. Puis alors qu’il prend un virage, il chute et fait tomber son passager. Interpellé et menotté, il essaie de s’enfuir à nouveau sans y parvenir. Il fournit par ailleurs une identité imaginaire aux gendarmes.

« Il s’agit de faits graves de pirates de la route » considère le vice-procureur. S.G est également poursuivi pour des faits antérieurs de recel de scooter et autres pièces provenant de vols commis au cours de l’année 2018. Il se trouve par ailleurs en état de récidive légale car il a été condamné en mars 2018 par le tribunal pour enfants de Basse Terre pour des faits similaires.

L’avocate de S.G, désignée en urgence la veille, se trouve à Basse Terre et assiste à l’audience par visioconférence. Elle demande un renvoi pour avoir le temps de préparer sa défense et suggère que S.G puisse être jugé à Saint-Martin et non en Guadeloupe afin que sa famille ainsi que les victimes puissent assister au procès.

Le ministère public ne s’oppose pas à cette demande de renvoi mais requiert le maintien en détention du prévenu jusqu’à la prochaine audience. S.G est de nationalité néerlandaise et vit chez son père à Sint Maarten. Il y a donc selon le vice-procureur un risque de non comparution et de réitération des faits.

Après en avoir délibéré le tribunal renvoie l’affaire au 16 novembre prochain à 11 heures à Saint-Martin et ordonne le maintien en détention provisoire.

(Plus de détails sur www.soualigapost.com)

1 comment

Post a new comment