...

Un nouveau plan de gestion 2018-2027 pour la Réserve naturelle

0

Le 32ème journal trimestriel de la Réserve naturelle de Saint-Martin est sorti en juillet dernier et est consultable et téléchargeable sur le site de la Réserve. 

On y apprend notamment que le premier plan de gestion de la Réserve étant arrivé à échéance, un nouveau plan de gestion 2018-2027 a été réalisé. L’objectif principal reste le maintien de la biodiversité et la préservation des différents écosystèmes marins, lacustres et terrestres classés en réserve naturelle.

« Le plan de gestion, obligation réglementaire pour toutes les réserves naturelles, est la feuille de route des gestionnaires. Il constitue un document essentiel à l’organisation, au suivi et à l’évaluation de la gestion de la Réserve » est-il indiqué en préambule.

Amandine Vaslet, docteur en biologie, était chargée de cet te mission. Avant de réaliser le second plan de gestion, il a fallu évaluer le premier. Cette évaluation s’est avérée « très positive » selon la Réserve puisque 61% des 104 actions préconisées ont été entièrement réalisées et 22 actions à plus de 75%.

La réintroduction de l’iguane des Petites Antilles (Iguana delicatissima), en raison de l’explosion des populations d’iguanes communs (Iguana Iguana), dont l’espèce n’est plus protégée mais toujours pas chassable, fait partie des quatre actions qui n’ont pu être effectuées.

Conçu à partir de la nouvelle méthodologie de l’Agence française de la biodiversité et Réserves naturelles de France, ce plan de gestion 2018-2027 est composé de trois parties : diagnostic et état des lieux de la Réserve naturelle, gestion de la Réserve, fiches pour chacune des 125 actions.

Si le plan de gestion précédent rassemblait sept objectifs à long terme, le nouveau en compte neuf. Favoriser la conservation des récifs coralliens et des espèces associées, des populations de tortues marines, des sites de nurserie pour les requins et les raies. Maintenir ou améliorer les conditions d’accueil pour les populations de mammifères marins et les populations d’oiseaux marins nicheurs. Maintenir ou améliorer l’état écologique des étangs. Favoriser la conservation de la végétation xérophile (plantes adaptées aux milieux secs). Et enfin, assurer les conditions pour la réintroduction de l’iguane des Petites Antilles.

(Crédits photo : réserve naturelle nationale de Saint-Martin)

(Plus de détails sur www.soualigapost.com)

No comments